23 mai 2013

Toutes les 2 minutes, une femme meurt en donnant la vie ou de causes liées à la grossesse*. Alors que nous nous préparons à célébrer la fête des Mères, CARE France vous invite à venir en aide aux femmes qui mettent leur vie en danger lorsqu'elles accouchent.

Le risque de décès lors la grossesse ou l'accouchement est 15 fois plus élevé dans les pays en développement

« Dans les pays en développement, la grossesse et l'accouchement sont des perspectives dangereuses pour beaucoup trop de femmes », déclare Philippe Lévêque, directeur général de CARE France.

« Le manque d'installations sanitaires de base et la pénurie de sages-femmes menace la vie des mères. »

Le nombre de décès maternels a pourtant diminué de près de moitié en 20 ans, passant de 540 000 en 1990 à 290 000 en 2010**.

« Nous saluons ces chiffres qui démontrent l'impact des efforts fournis par les gouvernements, les institutions internationales et les ONG. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter là », poursuit Philippe Lévêque.

Beaucoup de pays, notamment en Afrique subsaharienne, n'arriveront pas, d'ici 2015, à réduire le nombre de décès maternels de 75 % comme le veut l'Objectif du Millénaire pour le développement n°5. La maternité reste trop souvent synonyme de mort.

2011 / CARE / Evelyn Hockstein
« Dans les pays en voie de développement, la grossesse et l'accouchement sont les causes les plus fréquentes de décès chez les femmes. Dans ces pays, le vocabulaire de la maternité fait souvent référence à la maladie et à la mort. Au Malawi, par exemple,'une femme enceinte' se dit 'entre la vie et la mort'. »

Chaque année, plus d'un million d'enfants perdent leur mère du fait de complications liées à la maternité. Ces enfants courent dix fois plus de risques de mourir prématurément. Or, la grande majorité des décès maternels sont tout à fait évitables.

L'accès à des soins obstétriques doit devenir une réalité pour toutes les futures mères

Sur les 300 000 femmes qui décèdent chaque année des complications liées à la maternité, plus de 99% surviennent dans les pays en développement. Les quatre causes les plus fréquentes sont l'hypertension durant la grossesse, une infection, une abondante perte de sang après l'accouchement et un avortement pratiqué dans des conditions dangereuses. Les femmes qui vivent dans les pays du Nord sont confrontées aux mêmes risques, la seule différence est la facilité d'accès à des soins de qualité. Ainsi en Afrique subsaharienne, où les taux de mortalité sont parmi les plus élevés, seules 40% des femmes accouchent en présence d'un personnel de santé qualifié.

« Pour que le nombre de décès maternels diminue, il faut que les femmes aient accès à des soins de santé génésique de qualité. Selon les experts, il faudrait augmenter l'aide au développement de 5,5 milliards à 6,1 milliards de dollars de plus par an pour que l'accès universel à la santé génésique devienne une réalité d'ici 2015 », annonce Philippe Lévêque.

Ce que CARE fait

« Nous savons comment prévenir les décès maternels : il faut améliorer l'accès à la planification familiale, former du personnel de santé et assurer l'accès aux soins obstétricaux d'urgence quand des complications se présentent », explique Philippe Lévêque.

Les programmes de CARE visent ainsi la période située entre le moment où une femme devient enceinte jusqu'aux cinq premières années de la vie de l'enfant :

  • CARE forme du personnel de santé,
  • CARE facilite l'accès aux établissements de santé,
  • CARE approvisionne et équipe les centres de santé,
  • CARE fournit les médicaments et vaccins,
  • CARE forme les mères à une alimentation saine pour les femmes enceintes, pour les nourrissons et les jeunes enfants,
  • CARE distribue des compléments alimentaires et des vitamines,
  • CARE encourage les pères à s'impliquer davantage dans la grossesse et les soins aux nourrissons.
2011 / CARE / Mildrede Beliard
« Le concours des communautés locales est également nécessaire pour s'assurer que la santé de la mère et de l'enfant fasse partie des priorités structurelles lors de la planification, de l'élaboration du budget et de la gouvernance des systèmes de santé. »

*Cf le rapport « Statistiques sanitaires mondiales », Organisation mondiale de la Santé (OMS), 2012.
** Cf le rapport « Trends in maternal mortality: 1190 to 2010 »,OMS, UNFPA, UNICEF, Banque mondiale, 2012.

En savoir plus

Nous vous proposons de découvrir cette semaine, deux articles sur les projets de santé maternelle et infantile mis en place par CARE en Éthiopie, en Tanzanie, au Malawi, au Zimbabwe et au Bénin

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org

Le saviez-vous ?

530 € permettent de former aux accouchements un médecin ou une infirmière.