27 mai 2013

Bénin : lutte contre la mortalité materno-infantile, les avancées d'un programme débuté en 2011.

Au Bénin, 1 500 femmes meurent, chaque année, de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement. Depuis octobre 2011, CARE France mène un projet innovant s'appuyant sur la téléphonie mobile pour lutter contre la mortalité infantile dans le département du Zou.

Pour les mères béninoises, la mortalité à l'accouchement est un danger permanent.

CARE travaille dans la commune Ouinhi qui compte 35 villages. Cette commune rurale, l'une des plus pauvres du Bénin, est particulièrement isolée. La couverture sanitaire y est très faible : à titre d'exemple, le taux de consultations post-natales est seulement de 16,6% contre 37,6% au niveau national.

La commune de Ouinhi dispose de 7 maternités animées par seulement 17 professionnels de santé qui assurent le suivi de 25 253 femmes et 8 646 enfants de moins de 5 ans. L'insuffisance de professionnels de santé qualifiés, notamment de sages-femmes, leur manque de formation, la rareté voire l'absence de certains produits et équipements essentiels aux soins et au suivi sont autant d'obstacles à la prévention et à la prise en charge des complications obstétricales.

« Pour mieux comprendre les risques auxquels sont confrontés les femmes enceintes et les jeunes mères, nous avons réalisé une enquête. Les causes principales de décès maternels identifiées par nos équipes sont la méconnaissance des signes de complication lors d'une grossesse, le manque d'accès à l'information et le recours tardif aux soins obstétriques du fait de l'enclavement de la zone »,explique Hervé Bonino, responsable des programmes Sahel/Afrique de l'Ouest chez CARE France.

Pour remédier à cela, CARE, à travers une méthode de mise en œuvre participative, renforce les compétences et connaissances des communautés villageoises et des prestataires de services de santé.

Une mobilisation communautaire en faveur des mères

« Nous avons organisé des séances d'informations et diffusé des messages radio afin de sensibiliser les communautés. Nous avons également aidé la mise en place de comités villageois de santé pour une plus grande implication locale », poursuit Hervé Bonino.

Dans chaque village, un volontaire communautaire a été désigné par la communauté et formé par CARE pour assurer le suivi des grossesses et des jeunes mères. Il est le relai des centres de santé auprès de ces femmes grâce notamment à l'utilisation de téléphones mobiles. Cet aspect constitue une innovation dans le système sanitaire au Bénin.

Les atouts de la téléphonie mobile

CARE a développé de nouveaux modules technologiques permettant aux 35 relais communautaires d'enregistrer sur leurs téléphones portables les données de suivi des femmes enceintes et des jeunes mères afin de les transmettre aux professionnels de santé.

« L'utilisation des téléphones portables facilite le suivi quotidien et la prise en charge des patients. Les téléphones sont reliés à un serveur en ligne fournissant des rapports en temps réel. Des algorithmes de prise de décision diagnostiques et thérapeutiques facilitent la gestion des cas et aident aux prises de décisions. »

2012 / CARE

Les relais communautaires reçoivent également des messages, sous format vidéo notamment, sur leurs téléphones leur permettant d'informer les femmes enceintes.

« Il n'est pas nécessaire d'avoir une connexion permanente à un réseau de téléphonie mobile. Qui plus est, l'usage des applications développées par CARE est à la portée de tous. Cette facilité d'utilisation et l'approbation reçue par le Ministère de la Santé béninois nous permettent d'envisager la réplication de ce système dans d'autres régions ou son adaptation pour d'autres utilités.»

Le programme va se poursuivre jusqu'en septembre 2014

Les participants consultés par CARE ont déjà émis plusieurs idées de pistes d'exploitation complémentaires dont la gestion de stock de matériels et consommables par les centres de santé, la planification familiale etc. Des domaines tout aussi primordiaux dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale.

Afin de pérenniser ce système, CARE prévoit également la création d'un fonds de soutien qui permettra aux communautés d'entretenir les téléphones portables ainsi que les motos-tricycles ambulance et/ou la barque motorisée ambulance mis à leur disposition.

« En cas d'urgences, le système de téléphonie mobile est indispensable pour joindre rapidement les médecins et hôpitaux. Et les véhicules entretenus par les villages contribuent à remédier à l'enclavement de la commune de Ouinhi et l'éloignement des centres de santé », conclut Hervé Bonino.

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92