05 juin 2013

Journée Mondiale de l'Environnement : tous concernés !

A l'occasion de la Journée Mondiale de l'Environnement, les représentants des gouvernements se réunissent pour des négociations consacrées au changement climatique.

Josh Estey / CARE

Ce rendez-vous, organisé sous l'égide des Nations Unies, se déroule à Bonn en Allemagne alors qu'à seulement une centaine de kilomètres à l'est certaines régions d'Allemagne, d'Autriche, de République Tchèque et de Pologne viennent de connaître des pluies très importantes causant des crues et des inondations.

L'an passé, une série de catastrophes naturelles a fait les unes du monde entier : la tornade ayant récemment traversé l'Oklahoma, le cyclone Mahasen qui a frappé le Bangladesh et le Myanmar, l'été caniculaire et les incendies dévastateurs en Australie, mais aussi les températures hivernales glaciales en Syrie et en Jordanie.

Des événements souvent qualifiés de "sans précédent"

Est-ce vraiment surprenant que ces événements interviennent hors des cycles saisonniers habituels dans un monde touché où les populations des pays riches consomment à outrance et adoptent des styles de vie très polluants ?

En mai dernier, la concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère a dépassé le seuil symbolique de 0,04 % en volume (400 ppm), un niveau observé pour la dernière fois sur Terre il y a 3 à 5 millions d'années.

Les scientifiques prévoient une augmentation des températures moyennes mondiale de 4 à 6°C d'ici 2100, si nous continuons à libérer autant de CO2 et de gaz à effet de serre qu'actuellement.

Selon un rapport de la Banque Mondiale publié fin 2012, les inondations extrêmes, les vagues de chaleur intenses et les sécheresses accrues risquent de devenir habituelles. Tout cela mettra en danger la production agricole et affectera l'environnement naturel dont nous dépendons tous.
De même, un réchauffement des océans de 4°C entraîne une augmentation de 150 % de l'acidité de l'eau et des conséquences dramatiques sur les écosystèmes aquatiques. Les répercussions peuvent être considérables pour les populations littorales dont la survie dépend des ressources de la mer. Les barrières de corail et les mangroves, qui protègent le littoral des tempêtes, ne pourront plus assurer ce rôle à cause de la montée des eaux.
CARE travaille dans des pays où l'environnement est un élément essentiel pour les populations : source de nourriture, d'abris et de revenus. Un environnement naturel qui se dégrade rend vulnérables les populations les plus démunies.

Le travail mené par CARE atteste bien de cette réalité

Dans les Andes, les populations locales tentent de s'adapter aux variations des ressources en eau disponibles en raison de la fonte des glaces.

Au Niger, les agriculteurs tentent de trouver de nouvelles sources de revenus car les sécheresses prolongées ne leur permettent plus d'élever leurs troupeaux.

La semaine dernière, le Groupe de haut niveau des Nations Unies, dans son rapport sur l'avenir du développement mondial, tirait la sonnette d'alarme. Le changement climatique constitue désormais, pour notre génération, un élément essentiel à prendre en compte afin d'éradiquer la pauvreté extrême.

Il faut agir urgemment face au changement climatique

Il est indispensable de réduire très rapidement les émissions de gaz à effet de serre et de soutenir à plus grande échelle les populations défavorisées pour les aider à s'adapter au changement climatique. Il s'agit également mettre en place des solutions alternatives face aux dégâts causés par le changement climatique sur les vies, les moyens de subsistance et les écosystèmes.

"La Journée Mondiale de l'Environnement doit alerter chacun d'entre nous sur le changement climatique et ses conséquences", affirme Kit Vaughan, directeur du Réseau CARE sur la pauvreté, l'environnement et le changement climatique.

Nous sommes tous concernés par l'évolution de notre environnement naturel : riches, pauvres, femmes, hommes, jeunes, seniors, nord, sud. Nous devons faire face au changement climatique ensemble, et ce rapidement, afin que les prochaines Journées Mondiales de l'Environnement soient enfin des moments de festivités.