26 juin 2013

Réaction de CARE suite aux engagements pris l'ONU contre le viol comme arme de guerre.

CARE réagit à la résolution prise, le 21 juin 2013, par le Conseil de Sécurité de l'ONU réaffirmant l'engagement de la communauté internationale à mettre un terme à l'impunité pour les auteurs de violences utilisant le viol comme arme de guerre.

Mettre un terme à l'impunité pour les auteurs de violences

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies, sous la présidence du Royaume Uni, a adopté hier une résolution réaffirmant l'engagement de la communauté internationale à mettre un terme à l'impunité pour les auteurs de violences utilisant le viol comme arme de guerre.

La résolution de l'ONU vise à renforcer les processus de collecte d'informations et d'enquêtes pour les crimes de violences sexuelles perpétrés en zone de conflits, et à garantir une plus grande redevabilité des institutions nationales en charge de lutter contre ces violences.

CARE salue cette résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU qui définit comme prioritaire la protection des civils de tels crimes. Nous ne pourrons mettre un terme à ces violences sans un engagement politique fort.

La réaction de CARE

En tant qu'ONG de terrain contribuant à la réponse humanitaire lors de conflits, CARE rappelle aux membres du Conseil de Sécurité de l'ONU que :

  • La sécurité et la sûreté des victimes doit être l'absolue priorité. Dans des situations de conflits et d'insécurité, les victimes sont extrêmement vulnérables si leur témoignage est cité dans le cadre de poursuites judiciaires sans qu'une protection adéquate leur soit fournie. Ces personnes doivent être accompagnées à chaque étape de ce processus.
  • La lutte contre l'impunité doit être accompagnée par un renforcement des services de santé d'urgence, un développement des services de soutien psychosocial et un appui destiné aux victimes pour retrouver des conditions et moyens de subsistance suffisants.
  • La communauté internationale doit encourager la participation des femmes dans les processus de rétablissement de la paix, de la sécurité et de la gouvernance à l'échelle locale, nationale et internationale.

Tant que les femmes n'auront pas leur mot à dire dans les décisions qui affectent leur quotidien et leur sécurité, il sera difficile de lutter efficacement contre l'impunité des auteurs de violences sexuelles.

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92