09 juillet 2013

Soudan du Sud : un long voyage jusqu'à la prospérité et la sécurité.

Le Soudan du Sud célèbre le deuxième anniversaire de son indépendance, aujourd'hui 9 juillet. Il s'agit du pays le plus jeune du monde. Un mois après son arrivée au Soudan du Sud, en tant que directrice du bureau CARE, Aimee Ansari partage ses premières impressions sur son nouveau pays d'accueil.

Le Soudan du Sud est un endroit fascinant où travailler. Mes collègues ne cessent de m'impressionner par leur résilience et leur capacité à innover sur le terrain.

Les AVEC, un système qui fonctionne.

Durant ce premier mois, je me suis rendue deux fois au camp de réfugiés Yida près de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Plus de 70 000 personnes s'y sont réfugiées après avoir fui les combats armés qui déchirent cette région depuis 2003. CARE contribue à améliorer les conditions d'hygiène dans ce camp : nous avons creusé des puits afin d'assurer des sources d'eau potable et vacciné les enfants contre la polio. CARE a également soutenu la mise en place d'associations d'épargne et de crédit (AVEC) pour permettre de mener des projets individuels et faire face aux défis du quotidien grâce à l'emprunt.

Notre équipe a déjà créé 53 groupes dans cette zone. Cela était difficile au départ. Il fallait convaincre que de tels groupes pouvaient permettre d'épargner et même gagner de l'argent grâce à la distribution des intérêts générés par le remboursement des prêts. L'hésitation initiale s'est estompée une fois le premier groupe créé. Les gens ont constaté l'efficacité de ce système en voyant les sommes économisées par leurs voisins. Un an après, Abraham Arok, qui travaille pour CARE en tant qu'agent communautaire, est submergé de requêtes pour soutenir la création d'autres associations. Les villageois que je rencontre me demandent d'ailleurs d'envoyer plus de mes collègues pour leur apprendre les principes de base.

La route est longue pour construire un Etat.

Ce jour-là, nous souhaitions continuer notre visite dans cette région lorsque le directeur du centre de santé de Twic que nous venons de rencontrer sur la route nous conseille de faire demi-tour. Deux tribus sont en train d'échanger des coups de feu suite à un vol de bétail. Il serait dangereux de s'avancer plus loin. Nous voyons des villageois fuir. Des femmes portent des enfants et courent aussi vite qu'elles le peuvent sur les chemins rendus boueux par la pluie. Elles doivent s'éloigner de leur maison pour éviter d'être attaquées mais elles ne veulent pas s'éloigner trop loin par peur de tout perdre.

Ceci représente bien la situation que vit actuellement le Soudan du Sud. Le dur travail de construction ce pays ne fait tout juste que commencer. Alors que la lutte pour l'indépendance est terminée, des conflits internes menacent toujours de détruire tout ce pour quoi ces gens se sont battus. Malgré tout cela, je rencontre des personnes comme les membres de nos AVEC qui veulent croire en un avenir meilleur pour leur famille et s'engagent pour consolider leur pays. Voici les gens que nous devons aider.

Je sais que cette mission sera difficile, que je vais me fatiguer, probablement m'énerver de temps en temps. Mais, si cela veut dire qu'un enfant aura une meilleure éducation ou qu'une femme aura gagné plus d'autonomie, alors j'aurai accompli quelque chose. J'aurais contribué à construire un avenir pour ce pays merveilleux.

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org