06 août 2013

Inde : témoignages des victimes des inondations dans l'Uttarakhand.

Les 16 et 17 juin derniers, les inondations et glissements de terrain dans l'Etat d'Uttarakhand en Inde (nord du pays) ont affecté plus de 4 000 villages et des centaines de milliers de personnes. Cinq semaines après cette catastrophe, de nombreux villages sont toujours inaccessibles par la route. Le gouvernement et les ONG présentes sur place aident les victimes qui ont tout perdu : maisons et sources de revenus.

Quelques habitants se sont confiés à nos équipes lors d'une distribution de matelas et d'ustensiles de cuisine dans un camp de secours mis en place par CARE.

Prakash Chandra Samratiya : « Je trouve la force en aidant ceux qui en ont besoin »

Prakash Chandra Samratiya, 44 ans, a fait abstraction de ses pertes personnelles afin d'aider d'autres victimes. Alors qu'il était propriétaire d'un luxueux bungalow face au fleuve, lui et sa famille vivent désormais dans une chambre. En tant que responsable local et membre du gouvernement, Prakash aide l'administration et les ONG à identifier les familles dont les besoins sont les plus importants et se porte garant pour elles lors de la distribution des biens de première nécessité.

« J'ai tout perdu mais je suis heureux que ma famille soit saine et sauve. J'avais investi les économies de toute une vie dans la maison qui a été détruite. Mon fils ainé étudie à Delhi et je n'ai aucune idée de comment je vais maintenant pouvoir payer son éducation ainsi que celle de ses frères. La seule façon de soulager notre douleur est d'aider ceux qui savent ce que c'est d'avoir tout perdu. C'est pourquoi je suis ici nuit et jour, je trouve la force en aidant ceux qui en ont besoin. J'aide la chance car j'ai toujours un travail alors que beaucoup ici n'ont plus aucune source de revenus. »

Dhirulal : « Je n'oublierai jamais cette vision horrible, tant de personnes appelant à l'aide »

À la simple évocation des inondations, les yeux de Dhirulal, 33 ans, s'emplissent de larmes. « Je ne peux exprimer mes sentiments avec des mots », explique-t-il en tournant la tête pour cacher ses larmes.

« Je gagnais ma vie en transportant des pèlerins sur mes mules de Rudraprayag à Kedarnath. J'étais à Gaurikund lors des inondations et des glissements de terrain. Nous étions entre 100 et 200 et nous avons fui vers la forêt afin de sauver nos vies. Mes mules ont été emportées par les eaux. Je n'oublierai jamais cette vision horrible. Tant de personnes appelaient à l'aide. 

« Nous avons marché dans les forêts, sans eau ni nourriture pendant 7 jours. Nous étions perdus, affamés, sans espoir. J'étais malade d'inquiétude au sujet de ma famille restée à Rudraprayag mais nous ne pouvions rien faire. J'ai mangé de l'herbe pour rester en vie. Le septième jour, nous avons utilisé un tronc d'arbre comme pont pour traverser la rivière en crue. Je suis rentré chez moi à Chaka, où j'ai seulement pu constater que la rivière avait tout emporté. Heureusement, ma femme s'est enfuie à temps avec mes enfants. J'en serai toujours reconnaissant à Dieu, mais à l'heure actuelle je n'ai aucune idée de comment nous allons nous en sortir. Les matelas et les ustensiles que CARE nous a distribués sont les seules choses que je possède désormais. »

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org