08 août 2013

Tanzanie : Bill Clinton évalue les résultats d'un programme de micro finance.

A l'occasion d'un voyage en Afrique, Bill Clinton, président de la fondation Clinton, s'est rendu, samedi 3 août, à Dar Es Salaam, en Tanzanie, pour mesurer l'impact d'un programme de micro finance qui se base sur l'épargne, mené par la banque Barclays, les ONG Plan et CARE.

Les associations d'épargne et de crédit, un moyen de sortir de la pauvreté

« Banking on change » est un programme qui améliore la qualité de vie des personnes les plus pauvres en leur permettant d'épargner et d'accéder à d'autres services financiers, par le biais d'Associations Villageoises d'Epargne et de Crédit (AVEC).

C'est le premier programme de micro finance basé sur l'épargne qui combine l'expérience de deux ONG à l'expertise financière d'une banque internationale.

Bill Clinton a rendu visite à une association du quartier de Vingunguti, en périphérie de Dar Es Salaam. Les économies réalisées par les membres de l'AVEC et les formations financières et commerciales dispensées par Plan et CARE ont permis à de nombreuses personnes de créer de micro-entreprises.

2013. Max Orenstein / Clinton Foundation

Bill Clinton a ainsi rencontré Zainabu Rashid, 22 ans, qui gère son propre salon de coiffure :

«En rejoignant l'association d'épargne, j'ai pu mettre assez d'argent de côté pour louer mon propre local. Après avoir économisé pendant un certain temps, j'ai pu demander un prêt au groupe pour acheter mon matériel. J'ai toujours rêvé d'avoir mon propre salon avec trois ou quatre employés. Maintenant, je sais que c'est un rêve que je pourrais réaliser. Je sens que je suis maîtresse de mon destin ».

« Je suis très impressionné par ce programme», déclare Bill Clinton

Au cours de cette visite, Bill Clinton s'est adressé aux membres de l'AVEC :

« J'ai été impliqué dans de nombreux programmes comme celui-ci depuis près de 30 ans et je suis très impressionné par celui-ci. Ce que vous faites, cet argent que vous économisez petit à petit, ce fonds commun que vous constituez, prend beaucoup plus de temps que si vous receviez directement de l'argent de l'extérieur. Mais c'est bien mieux, parce que c'est de l'argent qui vous appartient, ce sont vos économies.

Je remercie Barclays, Plan, CARE et votre communauté pour tout ce que vous faîtes : vous envoyez un grand message à la Tanzanie et à toute l'Afrique. »

Plus d'un demi-million de personnes sur le chemin de l'inclusion financière en 3 ans

Certains groupes qui ont réussi à épargner régulièrement et ont démontré leur stabilité ont pu ensuite accéder à des services financiers classiques.

« Il n'est pas normal que seulement 2,5 milliards de personnes dans le monde bénéficient de services bancaires alors que l'on sait que l'accès à ces services est essentiel pour lutter contre la pauvreté. Développé dans 11 pays (Egypte, Ghana, Inde, Indonésie. Kenya, Mozambique, Pérou, Tanzanie, Ouganda, Vietnam and Zambie), le programme'Banking on Change' a déjà aidé plus de 513 000 personnes, majoritairement des femmes. Cela les a aidées à devenir financièrement indépendantes, à créer des entreprises, à avoir un meilleur accès aux services de santé et à envoyer leurs enfants à l'école. Ce qui est également primordial est que les participants de ce programme ont gagné en estime et confiance en eux : ils sont fiers d'avoir leur destin en main.

Il faut s'attaquer aux obstacles qui empêchent les communautés de réaliser leur potentiel économique », ajoute Paul Daniels, directeur de CARE Tanzanie.
«'Banking on Change' a déjà amélioré le quotidien de milliers de personnes qui vivent dans les pays en développement. Le défi maintenant est de l'élargir à d'autres pays. Le succès de ce programme a également mis en évidence le potentiel du partenariat entre le secteur privé et les ONG », conclut Catharine French, directrice de cabinet de Barclays.
En savoir plus sur le programme Banking on change

La phase 1 du projet (2009-2012), soutenue par Barclay's et mise en œuvre par CARE et PLAN au Kenya, en Ouganda, au Ghana et en Tanzanie, a contribué à la création de 25 000 groupes informels d'épargne. Les 513 000 membres de ces groupes ont désormais accès à des services d'épargne et de crédit informels. La moyenne d'épargne par personne par an est de 58 dollars US.

Les 600 groupes (soit 18 000 personnes) les plus structurés ont également la possibilité d'épargner sur des comptes communs dans les agences Barclay's

La phase 2 du projet (2013-2015) vient juste de débuter et sera mise en œuvre en Inde, Egypte, Ghana, Kenya, Tanzanie, Ouganda et Zambie avec un focus sur l'inclusion financière des jeunes. L'objectif de créer 10 000 groupes d'épargne supplémentaires dont 5 000 seront reliés à des institutions financières.

Zoom sur les AVEC

Les membres des AVEC mettent en commun leur épargne. Ils peuvent se faire des prêts de faibles montants entre eux. Le montant moyen d'un prêt est de 100€. L'emprunteur type est une femme pauvre, vivant en zone rurale, menant une ou plusieurs petites activités génératrices de revenus. Dans un souci permanent de responsabilisation, les personnes doivent préalablement épargner 10 % de la somme qu'elles souhaitent emprunter. Les taux de remboursement avoisinent les 100%. Les faibles taux d'intérêt permettent à la banque communautaire d'être viable sans l'appui de CARE.

CARE mène actuellement 131 projets d'AVEC dans 39 pays.

  • Au Lesotho, près de 14 000 personnes, dont 80 % sont des femmes, se sont jointes à une AVEC et ont épargné plus de 1,2 million de dollars en 3 ans.
  • Au Rwanda, plus de 144 000 personnes, dont 78 % sont des femmes, se sont jointes à une AVEC et ont épargné plus de 2,2 millions de dollars en 3 ans.
contact médias

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org