22 août 2013

Liban : démarrage des programmes en aide aux réfugiés syriens.

La Syrie est la scène de violences sanglantes depuis le printemps 2011. Ce conflit interne a déjà fait plus de 100 000 morts et a forcé 4,25 millions de personnes à se déplacer. Les violences ont également provoqué le départ de près d'1,9 million de personnes vers les pays voisins tels que la Jordanie et le Liban

Pour aider les réfugiés syriens, CARE France supervise la réouverture du bureau CARE au Liban. Découvrez l'interview de Bernard Borkhosh, directeur de CARE Liban.

Quelle est la situation humanitaire au Liban ?

2013 / CARE

Le Liban est, depuis quelques mois, le pays de la région qui accueille le plus de réfugiés syriens. 600 000 réfugiés sont officiellement enregistrés ou en attente d'enregistrement auprès du HCR mais le gouvernement estime qu'1 million voire 1,2 million de Syriens sont présents au Liban.

La situation humanitaire y est précaire. Les familles qui arrivent au Liban n'ont souvent rien pu emporter de plus qu'une valise. Les réfugiés s'installent dans des camps informels mais la grande majorité (80%) vivent en villes dans des conditions très précaires.

Quels sont les besoins des réfugiés syriens au Liban ?

Les réfugiés ont besoin de tout : abris, nourriture, accès à l'eau portable et à des infrastructures d'assainissement, soins médicaux...

Leur quotidien n'est vraiment pas facile. Certains rentrent en Syrie ou font des allers retours. Il n'est pas rare d'entendre un réfugié dire qu'il préférerait retourner en Syrie - au risque d'y perdre la vie - plutôt que de rester ici.

Quel est l'impact de cette situation sur le Liban ?

Cet afflux de réfugiés crée également une pression sur les populations hôtes, qui voient les prix des loyers et des produits de première nécessité augmenter considérablement.

Il est donc naturel que CARE soit présente dans ce pays pour aider les réfugiés syriens mais également les Libanais les plus vulnérables qui sont affectés indirectement par cette crise.

Quels sont les défis à relever ?

Beaucoup de réfugiés ne s'enregistrent pas auprès du HCR ou d'autres structures. Il n'est pas facile d'entrer en contact avec eux et de les aider. Ils s'installent sur des chantiers, louent des petits appartements, des greniers, ou se regroupent dans des camps informels. Nous connaissons déjà certains de ces lieux mais il nous reste encore beaucoup de travail pour évaluer la situation dans la région de Beyrouth et du Mont Liban.

En collaboration avec le HCR et d'autres associations, nous travaillons sur une cartographie précise des lieux où sont installés les réfugiés et l'identification de leurs besoins.

Le fait que notre équipe soit composée de Libanais ou de personnes de la région nous aide aussi dans ce travail. La prise de contact devrait être plus facile.

Quelle est l'action de CARE au Liban ?

2013 / CARE

Nous concentrons la majorité de nos efforts sur la région de Beyrouth et du Mont Liban : peu d'ONG internationales y travaillent alors que le nombre de réfugiés ne cesse d'augmenter. La plupart des ONG sont actives dans le nord du Liban et dans la région de la Bekaa (partie orientale du pays), car c'est là que sont d'abord arrivés les réfugiés. Maintenant, la réalité change, les réfugiés se déplacent. Nous devons adapter notre action.

Suite à de premières évaluations, nous avons également décidé de nous concentrer sur les secteurs de l'abri, de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement, de la protection et du renforcement des moyens de subsistance.

Nous venons de démarrer un premier projet dans trois quartiers pauvres de Beyrouth. Nous améliorons les conditions sanitaires de près de 7000 personnes en provenance de Syrie et des communautés hôtes par le raccordement au réseau d'eau et l'installation de systèmes d'assainissement.

contact médias

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org