26 août 2013

Lesotho : un tiers de la population souffre de malnutrition

Le Lesotho fait face à une situation d'insécurité alimentaire chronique qui affecte aujourd'hui un tiers de la population. Découvrez le témoignage de Michelle Carter, directrice de CARE Lesotho.

2013 / CARE

725 000 personnes souffrent de malnutrition

Le Lesotho est un petit pays, enclavé au sein de l'Afrique du Sud. Il reçoit peu d'attention de la part de la communauté internationale et des médias. Pourtant, la population du Lesotho a du faire face à d'importantes crises alimentaires ces dernières années, renforçant sa vulnérabilité face à la maladie et à la violence liée au genre. 

Pendant les saisons agricoles de 2011 et 2012, sécheresses, pluies tardives et épisodes de gel prématurés se succédèrent. La production agricole en fut diminuée de 70%, la pire récolte depuis une dizaine d'année. En août 2012, le Premier ministre dénonçait la situation de crise alimentaire et demandait un contrôle des prix des denrées alimentaires ainsi qu'une aide sous forme de distribution alimentaire. Avec une meilleure récolte cette année-là, la situation s'améliora.

Mais en février et en mars 2013, une invasion de chenilles, connues sous le nom de spodoptera frugiperda*, ravagea les récoltes. Les gens n'ont aujourd'hui plus de réserve de nourriture et ne peuvent pas se protéger des chenilles.

Selon le Comité de jugement de vulnérabilité du Lesotho, 275 000 personnes souffrent actuellement de malnutrition et ont besoin d'aide. Cela représente un tiers de la population !

Le programme de transfert monétaire de CARE

Pour aider les populations vulnérables, CARE a mis en place des programmes de transferts monétaires.

2013 / CARE

J'ai récemment rencontré Mathabe Mnako, l'une de nos bénéficiaires, dans le village de Maksiseng (district de Mokhotlong). Cette veuve de 70 ans doit subvenir aux besoins de sa famille suite aux décès de son mari et de trois de ses cinq enfants (dont deux sont morts de tuberculose). Durant trois mois, elle a reçu 37 € soit 500 Maloti. Vivant dans une région où les sécheresses sont fréquentes, cet argent a permis à Mathabe Mnako d'aménager ses terres pour lutter contre l'érosion et en optimiser le potentiel. Elle a également pu acheter des produits alimentaires de base.

Malgré cela, la situation de Mme Mnako n'est pas toujours pas enviable. Si elle a reçu des semences grâce à l'aide du PAM, elle devra dépenser plus de 80€, soit 1 100 Maloti afin de louer une paire de bœufs pour labourer ses champs. Elle devra ensuite partager sa récolte avec l'un de ses fils qui ne possède pas de terre.

Le pays a beau être petit, les besoins de la population sont grands

Le Lesotho a également le deuxième taux le plus élevé au monde de personnes séropositives : une personne sur quatre est infectée par le virus. Alors que des milliers de familles n'ont pas pu se remettre de la mauvaise récolte de l'an dernier, les plus vulnérables doivent choisir entre se nourrir et acheter des médicaments. 

J'espère que CARE va réussir à aider ces familles afin d'éviter de futures catastrophes.

* Le spodoptera frugiperda est un papillon dont la chenille est connue pour ses dégâts sur le maïs et sur le coton.

CARE au Lesotho

CARE a commencé à travailler au Lesotho en 1968. En 2001, nos bureaux au Lesotho et en Afrique du Sud ont fusionné. Malgré le fait que les deux pays soit différents, ils ont également beaucoup de points communs. Dans les deux pays, le nombre de personnes atteintes par le HIV /SIDA est très important et les plus démunis ont des problèmes d'accès aux soins médicaux et à l'éducation. CARE travaille avec ces communautés vulnérables sur le plan économique, alimentaire, sanitaire.

contact médias

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org