26 novembre 2013

Philippines. Suite des témoignages des survivants du typhon Haiyan

13,8 millions de personnes sont affectées par les dégâts causés par le typhon Haiyan. Voici d'autres témoignages de quelques survivants de ce drame que nos équipes ont rencontrés près de la ville d'Ormoc.

Asusina Ngoho Alonzo, 41 ans, mère de six enfants

Je lavais les vêtements de mes voisins pour vivre. Mon mari ne travaille pas.

Avant l'approche du typhon, nous avons envoyé nos enfants dans une maison plus solide. Avec mon mari, nous sommes restés toute la nuit pour soutenir les murs mais ça n'a servi à rien. Nous avons fui quand le toit s'est envolé et que nous avons compris que la maison ne tiendrait pas. Il était 8 heures du matin.

Maintenant nous vivons tous les huit dans une petite cabane. Mon mari est un bon charpentier mais nous n'avons pas d'argent pour acheter du matériel. Il pleut dans la cabane et les enfants se réveillent la nuit quand ils sont trop mouillés. Nous restons alors assis tous ensemble et nous attendons.

Joevelyn Genoso, 34 ans, mère de deux enfants

2013 / CARE

Avant je tenais un petit restaurant dans ma maison. Les gens aimaient mon poulet. Je gagnais aussi un peu d'argent en ouvrant les cannes à sucre. Cela nous aidait à vivre.

Je savais que ma maison ne résisterait pas à la tempête. J'ai mis quelques vêtements dans un sac et nous sommes parties nous réfugier chez ma mère. Mais là aussi le toit n'a pas tenu. Nous nous sommes cachés dans la salle de bains et pendant toute la tempête je serais mes enfants qui pleuraient dans mes bras. Ils étaient tellement effrayés.

Je suis retournée voir ma maison pour essayer de récupérer quelques-unes de nos affaires. Aujourd'hui je n'ai même pas 500 pesos (9€) pour acheter une bâche. Je ne veux pas embêter ma mère trop longtemps en restant chez elle avec mes enfants. Ma première priorité est de reconstruire notre maison.

L'action de CARE

CARE et ses partenaires locaux ont distribué de la nourriture à plus de 17 800 personnes dans les environs d'Ormoc. D'autres distributions de nourriture et de kit « abris » sont prévues dans la semaine.