03 décembre 2013

Éthiopie : Ouvrir la voie à une meilleure alimentation

Découvrez les premières étapes d'un programme de sécurité alimentaire mis en place par CARE en Ethiopie. Pour Heather Barnabe, chef de projet chez CARE Canada, rien ne peut se faire sans une implication concrète des communautés.

Programme d'aide humanitaire de sécurité alimentaire en Ethiopie
2013 / CARE

Un accès fiable à la nourriture pour 42 000 personnes

« En juillet 2013, je me suis rendue à Dire Dawa, par une chaude et sèche journée, pour animer un atelier présentant le projet suffisance alimentaire pour les agriculteurs (SAA). Ce projet vise à assurer un accès fiable à la nourriture. Pour ce faire, CARE interviendra auprès de plus de 42 000 hommes et femmes dans le but d'améliorer l'accès aux marchés, créer de nouvelles activités génératrices de revenus. Ces revenus supplémentaires permettront aux participants de se procurer des aliments sains et nutritifs.

La participation des femmes dans le projet

L'expérience de CARE a montré que la malnutrition et les pénuries alimentaires affectent de façon différente les femmes et les hommes. Pour remédier à cela, les concepteurs de notre projet ont développé une stratégie spéciale axée sur le genre, pour s'assurer que les femmes puissent participer pleinement à tous les niveaux du projet SAA.

J'ai rencontré Asha Abdurehman lors de ma présentation. Parmi les participants, il y avait des responsables du gouvernement local ainsi que des représentants communautaires. Asha, une femme leader de sa communauté, agira comme porte-parole de ce projet afin de favoriser la participation des femmes.

J'étais particulièrement ravie de voir Asha prendre la parole parce qu'elle représentait les intérêts des femmes de sa communauté. Les commentaires d'Asha encourageant la participation des femmes dans le projet étaient détaillés et perspicaces. Parce qu'elle est instruite et reconnue parmi sa communauté, ses compatriotes n'ont pas eu de mal à la croire lorsqu'elle a affirmé que ce projet aura des retombées positives à long terme.

Asha, une voix de changement

Asha a également abordé plusieurs aspects culturels et sociaux que notre équipe devait prendre en compte avant d'entrer en contact avec les femmes de sa communauté. Elle a aussi mis en avant des outils que nous pourrions utiliser pour toucher les femmes les plus vulnérables. Par exemple, employer des femmes entrepreneures pour s'adresser aux femmes lors des réunions des associations villageoises d'épargne et de crédit de CARE s'avèrerait un moyen efficace d'apprendre aux participantes comment développer leur revenu.

Dans les prochaines années, Asha sera une voix de changement pour les femmes de sa région.

Son rôle consistera à encourager les femmes de toute la région à participer. Elle interviendra également pour informer les femmes sur leurs droits en matière d'éducation, d'économie et de politique.

J'en suis rentrée profondément inspirée. »