17 décembre 2013

Le nouvel appel de fonds massif des Nations unies doit galvaniser l'action internationale pour sauver des vies syriennes

Une coalition de 36 organisations humanitaires internationales exhorte les bailleurs internationaux entier à réagir

Plusieurs organisations internationales humanitaires et de développement intervenant dans six pays auprès des populations affectées par la crise syrienne ont appelé aujourd'hui la communauté internationale à apporter une réponse aux nouveaux appels de fonds lancés par les Nations unies pour la Syrie et les réfugiés à la hauteur de la crise.

Le Plan de réponse régional (RRP6) et le Plan de réponse et d'assistance humanitaire pour la Syrie (SHARP), rendus publics aujourd'hui à Genève, mettent en lumière le besoin colossal de financements immédiats en matière d'aide humanitaire, selon les déclarations faites par des membres du Forum régional des ONG pour la Syrie (SIRF).

Avec un montant total demandé (6,4 milliards de dollars) dépassant largement les 4,3 milliards sollicités en juin dernier, ce nouvel appel des Nations unies souligne combien la crise humanitaire s'est aggravée au cours des derniers mois. Jusqu'ici, les montants engagés n'ont pas été à la hauteur des besoins engendrés par la crise. Seuls 68 % des fonds demandés lors du précédent appel ont effectivement été collectés. Si ce résultat dépasse les engagements habituellement pris dans le cadre de ce type d'appel, c'est loin d'être suffisant.

Selon Rob Drouen, président du SIRF :

« Le dernier appel avait déjà battu le record du plus important appel jamais lancé dans l'histoire des Nations unies, mais il est largement surpassé par celui d'aujourd'hui. »

« Les Nations unies ne font pas cette demande à la légère : il y a un besoin urgent pour ces fonds. Les donateurs doivent intensifier leurs efforts et faire en sorte que l'appel se traduise par des engagements concrets. Nous sommes à un tournant et les gouvernements doivent agir très vite », ajoute-t-il.

Les Syriens constituent désormais la deuxième plus importante population de réfugiés au monde. Plus de 2,3 millions de personnes tentent de survivre au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Irak, en Égypte et ailleurs ; on s'attend à ce que ce chiffre grimpe encore significativement d'ici à la fin de l'année 2014. La plupart d'entre eux ont déjà épuisé toutes leurs ressources. La hausse des coûts liés au logement, à l'alimentation et aux dépenses de santé obligent les familles à s'endetter et les fragilisent sur les plans sanitaire et psychologique.

Ce nouvel appel prend en compte le fait que près de 80 % des réfugiés vivent en milieu urbain (et non dans des camps, sous des tentes), et n'ont pas ou peu de revenus.

« Les besoins sont colossaux, mais nous devons apporter une réponse urgente aux enfants et aux familles réfugiés, ainsi qu'aux communautés d'accueil, également affectées par cette crise. Il faut de toute urgence aboutir à une solution politique à la crise », affirme Dina Morad, membre du conseil d'administration du SIRF.

Selon le SIRF, il faut que la communauté internationale soutienne des initiatives de développement dans les domaines de la santé et de l'éducation, ainsi qu'en matière d'approvisionnement en eau et en énergie pour les réfugiés et pour les communautés d'accueil. Le SIRF accueille favorablement le fait que le nouvel appel prévoie une aide à ces communautés, qui représentent 2,7 millions de personnes. Les pays voisins se sont montrés extrêmement généreux, mais leurs capacités et leurs ressources ont été sévèrement entamées.

« La générosité des pays d'accueil de la région doit être soulignée et saluée », ajoute Dina Morad. « Sans leur hospitalité, l'impact humanitaire de la crise aurait été bien pire. »

La crise humanitaire sur le territoire syrien est d'une ampleur encore plus terrible : plusieurs millions de personnes reçoivent peu ou aucune aide et sont obligés de se déplacer constamment à la recherche de sécurité. Une grande partie du pays reste inaccessible à l'aide humanitaire pour de nombreuses raisons, dont la fluctuation constante des lignes délimitant les zones de contrôle. 

Le SIRF appelle tous les donateurs à engager des fonds afin de répondre aux besoins croissants des Syriens touchés par cette crise, où qu'ils se trouvent. Le SIRF exhorte également la communauté internationale à garantir l'accès humanitaire, et que l'aide soit apportée de façon strictement impartiale, sur la base des principes humanitaires et en tenant compte des besoins de tous les groupes. Ces groupes englobent bien d'autres populations affectées par la crise, par exemple les Palestiniens et les Irakiens.

L'appel lancé souligne l'urgente nécessité de mettre fin à cette crise, qui a déjà fait plus de 100 000 morts, dont au moins 7 000 enfants. Le SIRF appelle toutes les parties prenantes à travailler à une solution politique au conflit. 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Pour un entretien, veuillez contacter :

  • Rob Drouen, président du SIRF et directeur régional d'ACF, portable :+ 962 (0) 775 180 672
  • Gareth Richards, directeur régional de CARE Moyen-Orient et Afrique du Nord, portable : +20 1223 987 329
  • Sarah Case, membre du conseil d'administration du SIRF et responsable régional du plaidoyer de l'IRC (International Rescue Committee -Comité international de secours) : +962 775 090799
  • Gaia van der Esch, membre du conseil d'administration du SIRF et responsable régional d'ACTED: +962 796017682