18 décembre 2013

S'occuper d'enfants handicapés immobilisés, prisonniers de leurs fauteuils roulants ou alités, prendre soin d'enfants ayant des problèmes mentaux et qui peuvent difficilement communiquer, est épuisant. Pourtant, les employés du centre de récupération de Targu Jiu, construit par SERA en 2003, sont tous dévoués aux 60 enfants handicapés dont ils ont la charge.

L'ancien hôpital de Bilteni : « des enfants mouraient de froid dans une pauvreté absolue »

En 2002, l'ONG SERA a construit un nouveau centre pour les enfants handicapés.

Certains de ces enfants ont été transférés en 2003 du foyer-hôpital (camin spital) de Bilteni, situé dans le département de Gorj. 200 enfants et adultes, abandonnés par leurs familles, y vivaient dans des conditions de grande insalubrité. C'est le premier endroit où l'association SERA est intervenue en décembre 1990. L'orphelinat avait alors une réputation désastreuse et passait pour l'un des pires « mouroirs » pour enfants du pays.

Certains membres de personnel ont été transférés en même temps. Vasilica Florea (37 ans) et Mihaela Ple?oaica (44 ans), deux des enseignants du centre de Targu Jiu, témoignent des conditions de vie à Bilteni :

« Il faisait tellement froid dans les bâtiments : entre -20 à -25 degrés en hiver. Nous y avons vécu l'horreur : des enfants mouraient littéralement de froid et de faim dans un dénuement absolu et dans l'indifférence de tous. Beaucoup de gens nous en parlent encore grâce aux images qui ont été diffusées par les chaînes de télévision à l'époque. Cela a permis une prise de conscience et a initié un réel changement.»

Ils se réjouissent aujourd'hui des meilleures conditions de vie des enfants ainsi que de leurs progrès psychomoteurs et de leur bien-être psychologique.

La création de trois structures pour améliorer les conditions de vie des pensionnaires

SERA a essayé de réhabiliter l'hôpital de Bilteni. Il fallait également prouver qu'aucune personne handicapée n'était « irrécupérable», comme certains le pensaient sous l'ancien régime de Ceauscescu. Ces personnes avaient le droit de bénéficier de soins et de vivre dans des conditions décentes. Cela s'est révélé impossible dans les bâtiments de Bilteni qui souffraient de graves défauts structurels.

En 2002, SERA a lancé une opération d'envergure, qui a désormais valeur d'exemple pour tout le pays.

L'hôpital a été divisé en trois entités plus petites, plus humaines :

  • les 53 enfants de moins de 18 ans ont été transférés dans un nouveau bâtiment, édifié spécialement pour eux par SERA dans la ville de Târgu Jiu. Les enfants y bénéficient désormais de soins médicaux, de séances d'orthophonie et d'un soutien psychologique.
  • 30 adultes ont intégré une école professionnelle départementale où ils apprennent aujourd'hui un métier : boulangerie, couture, maraichage, charpente, etc.
  • la centaine d'autres adultes, ceux qui étaient le plus lourdement handicapés, ont emménagé dans des bâtiments rénovés d'un orphelinat désaffecté de la ville de Târgu Jiu.

La fermeture de l'hopital de Bilteni et le transfert des adultes a coûté 650 000 € (dont 400 000 ont été pris en charge par SERA et 250 000 par le Conseil Départamental de Gorj).