27 décembre 2013

Philippines : Il faut agir en amont des catastrophes.

La tragédie provoquée par le typhon Haiyan a suscité un énorme élan de générosité au-delà des frontières et des continents. CARE salue cette solidarité, mais cela ne suffira malheureusement pas pour faire face au nombre croissant de catastrophes naturelles provoquées par le changement climatique. Il faut une action plus globale de la part de la communauté internationale, alerte Lex Kassenberg, directeur de CARE Philippines.

Les catastrophes naturelles ont affecté 4,4 milliards de personnes en 20 ans

Au cours des vingt dernières années, les catastrophes naturelles ont affecté 4,4 milliards de personnes
2013 / CARE Peter Caton

Au cours des vingt dernières années, les catastrophes naturelles ont affecté 4,4 milliards de personnes, ont coûté la vie à 1,3 million de personnes et causé des pertes économiques d'un montant de 2 000 milliards de dollars. Ce sont les pays en développement qui paient le plus lourd tribut. La destruction d'habitations, la perte de moyens de subsistance et les traumatismes subis fragilisent les efforts mis en place pour lutter contre la pauvreté de ces populations.

Il est aujourd'hui primordial d'améliorer nos méthodes de prévention. Nous ne devons pas nous contenter de réagir face à la mort, aux dégâts et à la souffrance. Cela exige une évolution de l'aide internationale avec le renforcement des mécanismes de financement pour une maîtrise effective des risques.

L'engrenage de la pauvreté provoqué par les catastrophes naturelles

Durant les dernières années, les typhons ont accru tant en fréquence qu'en puissance. Les populations peinent à se remettre d'une catastrophe lorsqu'une autre survient. Des millions de personnes, que ce soit en Asie du Sud-Est, le long des frontières sahariennes ou en Amérique Centrale, sont prisonnières d'un cycle sans fin : à chaque catastrophe, ils perdent leurs biens ou les bradent afin de survivre. Ils deviennent alors dépendants de l'aide d'urgence.

Le système d'aide actuel n'est pas assez bien équipé pour briser ce cercle vicieux. Il faut établir un lien fort entre les programmes d'aide à long terme et l'aide humanitaire d'urgence. Ce mécanisme s'appelle Réduction de Risques de Catastrophes et consiste à identifier et prévenir en amont les risques naturels. Cela permet de réduire la vulnérabilité des populations qui y sont exposées. Et il existe un argument de poids pour convaincre la communauté internationale : 1 dollar investi dans la réduction des risques de catastrophes permet d'économiser 7 dollars pour l'aide d'urgence.

L'anticipation des catastrophes pour en réduire leurs impacts

Pourtant, les financements en faveur de la prévention des risques ne représentent qu'une infime partie des budgets actuellement consacrés à l'aide d'urgence. Ces montants sont loin d'être à la hauteur des catastrophes auxquels nous faisons actuellement face.

L'action des gouvernements locaux est également au cœur de cette stratégie. Il faut les soutenir dans la mise en place d'une politique nationale de prévention des risques.

Si le gouvernement philippin s'est mobilisé en amont du passage du typhon, des centaines de vies auraient pu être sauvées si des mesures avaient été prises dans l'ensemble des zones menacées
2013 / CARE Peter Caton

Si le gouvernement philippin s'est mobilisé en amont du passage du typhon pour évacuer les populations, des centaines de vies auraient pu être sauvées si des mesures avaient été prises dans l'ensemble des zones menacées par le passage du typhon. Certaines communautés n'ont pas été correctement préparées. La construction d'habitations, de centres d'évacuation plus solides et la mise en œuvre de campagne de sensibilisation à destination des communautés les plus vulnérables auraient permis de mieux anticiper les risques et de savoir quelles mesures adopter.
C'est là que les organisations humanitaires peuvent intervenir car elles connaissent les outils pour développer de telles stratégies. Il ne reste qu'à trouver les financements permettant de mettre en œuvre ces programmes.

Ayant été témoin du drame causé par le typhon Haiyan, je ne peux qu'alerter sur l'urgence de telles mesures.

L'appel de CARE

CARE lance un appel au public pour récolter 20 millions de dollars pour venir en aide à 200 000 personnes dans les communautés les plus affectées. À ce jour, 13,4 millions ont été récoltés au niveau mondial. Les fonds serviront à fournir une assistance d'urgence ainsi qu'à aider les communautés à se reconstruire dans les années à venir.

CONTACT MEDIAS

Pour plus de renseignements ou pour toute demande d'interview avec nos équipes à Paris ou sur place, contactez Laury-Anne Bellessa, bellessa@carefrance.org - 01 53 19 89 92.