20 janvier 2014

Philippines : Distribution de nourriture et reconstruction

Neuf heures du matin, les équipes de CARE et de son partenaire local OCCCI sont dans le village de Sulod, dans la province de Samar, aux Philippines. Les équipes de volontaires, survivants du typhon Haiyan, déchargent des sacs contenant du corned-beef, du poisson séché, du sucre, du sel, des haricots mungo, de l'huile de cuisine et du riz.

Nourrir une famille pendant deux semaines

La foule, réunie au centre de ce village situé en bord de mer, est calme et patiente. Femmes et hommes de tous âges, mères avec leurs bébés et petits-enfants aidant leurs grands-parents attendent que la distribution débute.

Chaque personne va recevoir assez de vivres pour nourrir une famille de cinq personnes pendant deux semaines.

Dans la file, Delecia, 65 ans, discute de bon cœur avec ses voisins. Elle était chez elle avec sa mère de 87 ans le jour où le typhon a frappé. Elles sont montées au deuxième étage de leur maison et ont prié alors que les vents arrachaient la toiture et que le sous-sol se retrouvait inondé. « Je prie encore, » ajoute-t-elle. Car si les deux femmes commencent à se reconstruire, ces deux derniers mois ont été difficiles. Outre la nourriture qu'il faut trouver et les abris qu'il faut construire, le traumatisme est toujours là.

La transition vers la reconstruction

reconstruction aux Philippines après le passage du typhon Haiyan
© CARE
CARE forme les communautés à la reconstruction de maisons plus solides qui pourront résister aux tempêtes tropicales.

Après deux mois de pénurie, les produits alimentaires réapparaissent progressivement sur les étals des marchés. Pourtant, 5,6 millions de personnes ont encore besoin d'une assistance alimentaire, notamment parmi les communautés qui vivaient de l'agriculture et qui sont désormais sans aucune ressource.

L'enjeu est désormais d'aider ces communautés à restaurer leurs moyens de subsistance afin qu'elles puissent subvenir à leurs besoins alimentaires. Mais cela prendra du temps. Il faudra 3 à 5 ans pour que les plantations reprennent.

Dans cette approche de long terme, CARE travaille également à la reconstruction de maisons plus solides qui pourront résister aux tempêtes tropicales. Car il faut prendre en compte le fait que les Philippines sont l'un des trois pays de la planète les plus exposés aux impacts du réchauffement climatique. Il est donc absolument primordial d'aider les communautés à se préparer à de prochaines catastrophes.

« Nous ne devons pas nous contenter de réagir face à la mort, aux dégâts et à la souffrance. Il faut que nous améliorions les méthodes de prévention des populations vivant dans des zones à risque. Cela exige une évolution de l'aide internationale avec le renforcement des mécanismes de financement pour une maîtrise effective des risques », déclare Lex Kassenberg, directeur de CARE Philippines.

L'action de CARE

Le typhon Haiyan a frappé les Philippines début novembre 2013. 14,1 millions de personnes ont été affectées par cette catastrophe, 1,14 million maisons ont été détruites ou endommagés. 4,1 millions de personnes ont été déplacées, 100 000 vivent toujours dans des centres d'évacuation.

L'ONG CARE a déjà aidé près de 90 000 personnes par des distributions de nourriture, de kits cuisine et d'abris dans trois zones : Leyte, Samar and Panay. CARE mène également des sessions de formations pour les membres des communautés et les charpentiers locaux afin de soutenir la reconstruction de bâtiments plus solides.

Contact medias

 Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org