03 avril 2014

Un million de réfugiés enregistrés au Liban : CARE tire la sonnette d'alarme

Le nombre de réfugiés enregistrés auprès du HCR au Liban vient de dépasser le million. Trois ans après le début du conflit en Syrie, le Liban est devenu le premier pays d'accueil des réfugiés syriens. Le pays ne peut faire face seul à cette pression supplémentaire sur des ressources déjà limitées. Le réseau humanitaire CARE demande plus de financements et de support pour les communautés d'accueil.

Le Liban est le pays hébergeant la plus forte densité de réfugiés par habitant dans le monde, avec un habitant sur cinq venant de Syrie. L'arrivée massive de réfugiés a des impacts majeurs sur le Liban. L'eau potable, le travail et les logements se font rares. Les hôpitaux font face à un afflux de réfugiés blessés. Les classes sont surchargées et les écoles ne peuvent plus accueillir de nouveaux enfants.

« Les capacités locales sont surexploitées. Aucun pays ne peut gérer seul un tel afflux de réfugiés. Les organisations humanitaires sont là pour soutenir les communautés libanaises, mais nous avons besoin de plus de financements », déclare Bernard Borkhosh, directeur de CARE Liban.

Aujourd'hui, seuls 14% des 1,7 milliard de dollars demandés par l'ONU ont été promis par les Etats. Cela limite l'aide humanitaire sur le terrain :

« Chaque jour qui passe pousse les réfugiés syriens un peu plus dans la misère et le désespoir. Un million de réfugiés... Derrière le chiffre, il y a des personnes qui souffrent au quotidien pour survivre. Les familles vivent dans des squats, sous des tentes ou sur leur lieu de travail dans des conditions de grande insalubrité », raconte Bernard Borkhosh.

La plupart des réfugiés sont arrivés au Liban avec pour seul bien les vêtements qu'ils portaient, laissant derrière eux leur maison, leur travail, et parfois des membres de leur famille. Les réfugiés épuisent rapidement leurs économies. Après quelques mois, ils n'ont plus d'argent pour acheter de la nourriture, ni pour payer des frais médicaux ou envoyer leurs enfants à l'école.

Le HCR enregistre 2 500 réfugiés tous les jours au Liban. Pourtant, le chiffre de Syriens au Liban pourrait être encore plus important. Le gouvernement libanais estime qu'ils seraient 1,3 million.

« Un grand nombre des réfugiés que nous aidons ne sont pas enregistrés auprès du HCR. Certains ont peur d'être victimes de représailles lors de leur retour en Syrie si leur nom apparait sur une liste officielle. D'autres ne peuvent pas payer les coûts de transports pour se rendre aux bureaux d'enregistrement », explique Bernard Borkhosh.

Note aux rédactions :

Au Liban, CARE travaille avec les municipalités et communautés locales, qui sont les premières à soutenir les réfugiés. Nos équipes améliorent les infrastructures d'eau et de traitement des déchets. CARE distribue également des kits d'hygiène et organise des sessions de formation sanitaire. Cet hiver, CARE a distribué de l'argent pour acheter du combustible, des couvertures et des tapis. Des volontaires syriens, eux-mêmes réfugiés, participent à nos actions.

Contact médias

Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org