24 avril 2014

Bangladesh : un an après le drame du Rana Plaza, CARE poursuit ses programmes dans les usines

CARE mène des programmes en faveur de l'amélioration des conditions de travail dans les usines du Bangladesh, du respect des droits et du développement des compétences des ouvriers du textile.

Un an après l'effondrement du Rana Plaza, CARE réaffirme sa solidarité avec les victimes et leurs familles. Les survivants de ce drame n'ont toujours pas reçu de compensations adéquates alors que de nombreuses familles ont perdu leur seule source de revenu.

Nous devons penser à ceux qui ont péri mais aussi aux conditions qui ont mené à leurs décès. Il faut agir afin qu'une telle tragédie ne se reproduise pas. Depuis 10 ans, CARE mène des projets en faveur de la défense des droits des travailleurs et du développement de leurs compétences (résolution de problèmes et prise de décisions, éducation financière, séance de sensibilisation à la santé). Former les femmes, qui composent 82% des ouvriers, leur permet de négocier plus efficacement l'amélioration des conditions de sécurité et la revalorisation de leur salaire. Nos équipes travaillent également avec les responsables d'usine et le gouvernement afin d'obtenir des améliorations durables tels que des mécanismes de représentation des ouvriers.

Notre expérience de terrain nous permet de participer à des organisations telles que l'Alliance for Bangladesh Worker Safety (groupe d'entreprises et détaillants nord-américains) et la Ethical Trading Initiative (groupe international d'entreprises, syndicats et ONG).Les progrès établis cette année ne suffisent pas. C'est pourquoi, CARE appelle l'ensemble des acteurs — entreprises, propriétaires d'usines, organisations non gouvernementales, syndicats et le gouvernement du Bangladesh — à mettre en œuvre leurs engagements pour améliorer les conditions de travail et la sécurité des usines.

Contact médias

Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org