02 mai 2014

Soudan du Sud : le travail de CARE lors des affrontements à Bentiu

Il y a 15 jours, les activités de CARE ont été perturbées par les violents affrontements survenus dans la ville de Bentiu. Rose Ejuru, coordinatrice des projets menés par CARE, a retrouvé sa tenue d'infirmière pour soutenir le personnel de la clinique située dans l'enceinte des Nations Unies. Des centaines de blessés ont été traités.

Des blessés par balle dont des enfants

L'association humanitaire CARE intervient au Soudan du Sud
2014/ CARE

« Nous avons traité plus de 200 blessés. Ils occupaient toute la clinique et nous avons dû en installer certains dans une salle de conférence », explique Rose Ejuru.

« Nous nous sommes d'abord occupés des patients les plus grièvement blessés, ceux ayant des blessures à la tête, à l'abdomen et ceux présentant plusieurs blessures par balles. Ils ont ensuite été pris en charge par une équipe chirurgicale mobile ou évacués vers un hôpital de la capitale, Djouba », précise -t-elle.

Rose a été particulièrement marquée par les blessures d'un enfant de trois ans ainsi que celles d'un garçon de dix ans blessé par deux balles, dont l'une avait brisé un os de sa jambe.

« Pendant les affrontements, l'atmosphère était très tendue mais nous avons continué à travailler », ajoute-t-elle.

Rose a dû attendre quatre jours après les derniers affrontements pour pouvoir dormir quelques heures. Elle est ensuite retournée à la clinique, tout comme les trois autres infirmières et quatre cliniciens de CARE, afin d'aider à traiter les patients toujours en attente.

La menace d'une crise alimentaire

Depuis la mi-décembre 2013, le Soudan du Sud est le théâtre de violents affrontements qui ont obligé plus d'un million de personnes à fuir leur foyer. 250 000 personnes ont également trouvé refuge dans les pays voisins.

Les violences ont de fortes incidences sur le travail des humanitaires et des équipes locales : une clinique soutenue par CARE dans la ville de Rubkona - en face de Bentiu - est ainsi fermée depuis son pillage en décembre dernier.

Les marchés, les circuits d'approvisionnement et les travaux agricoles sont également fortement perturbés. Les acteurs humanitaires se pressent pour avoir des stocks alimentaires prêts afin de pouvoir faire face à l'imminence d'une crise alimentaire.

L'action de CARE

À Bentiu, CARE fournit une aide nutritionnelle ainsi que des soins de santé au sein de la zone de protection des civils de la MINUSS et dans la ville de Bentiu par le biais de cliniques mobiles.

Au niveau national, CARE soutient des milliers de personnes affectées par le conflit en leur fournissant un accès à l'eau et à des services d'assainissement, des soins médicaux, ainsi que des services de nutrition et de protection.

Contact médias

Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org