02 juin 2014

Egypte : un soutien psychosocial pour les réfugiés syriens

Près de 136 000 Syriens se sont enregistrés auprès des Nations Unies en Égypte. Selon le gouvernement, ils seraient plus de 300 000. Sandra Azmy, responsable des programmes femmes de CARE Égypte, évoque la situation des réfugiés, les violences contre les femmes et la façon dont les activités psychosociales mises en place par CARE peuvent les aider surmonter les traumatismes de la guerre.

L'ONG CARE vient en aide aux réfugiés syriens

Quelle est la situation des réfugiés syriens en Égypte ?

Depuis début 2013, l'afflux de réfugiés syriens a considérablement augmenté, notamment parce que le coût de la vie est moins élevé qu'en Jordanie ou au Liban. Pourtant, leurs conditions de vie sont très difficiles. La plupart vivent dans des appartements délabrés. Ils ont des difficultés à trouver du travail. Ils sont confrontés à une forte inflation alors que leurs économies se sont rapidement épuisées.

Après la destitution du président Mohammed Morsi, il y avait des rumeurs comme quoi certains Syriens soutenaient les Frères musulmans. Des sentiments anti-syriens sont apparus qui exercent aujourd'hui une pression supplémentaire sur le bien-être psychologique des familles réfugiées.

Comment CARE vient en aide aux réfugiés en Égypte ?

Les réfugiés n'ont pas seulement besoin de nourriture ou d'un toit : ils ont aussi besoin de guérir. Ils ont fui la guerre et les souvenirs de ce qu'ils ont vu, enduré et perdu continuent de les tourmenter. Même s'ils sont aujourd'hui en sécurité, ils s'inquiètent pour leurs proches restés en Syrie et doivent survivre dans un pays étranger.

Pour permettre aux réfugiés syriens de surmonter ces difficultés, CARE propose des groupes de soutien psychosocial ainsi qu'un encadrement psychologique individuel. Durant nos sessions, nous cherchons à identifier l'origine des souffrances psychologiques. Nous nous concentrons ensuite sur le développement des capacités à résoudre les problèmes et des méthodes de diminution du stress.

Pourquoi CARE se concentre sur les violences basées sur le genre ?

Dans de nombreux cas, les hommes sont en colère et frustrés de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur famille, la dépression et le stress qui en découlent les amènent à se montrer violents envers leur femme et leurs enfants. Souvent, les mères victimes de ces violences commencent à battre leurs enfants ou à crier après eux. Être réfugié a des effets négatifs sur la famille dans son ensemble.

CARE mène des campagnes de sensibilisation sur l'exploitation sexuelle et les violences basées sur le genre afin de protéger les réfugiés de toute forme de maltraitance.

Nous distribuons des brochures de sensibilisation dans les bureaux des Nations Unies, d'organisations locales ou dans d'autres lieux où se rendent les réfugiés syriens. Nous voulons nous assurer qu'ils savent ce que sont les violences basées sur le genre, qu'ils ne doivent en aucun cas les tolérer et que nous sommes là pour les aider. Pour cela, nous avons aussi mis en place une assistance téléphonique. Parfois, le simple fait de parler à l'un des membres de notre équipe leur fait du bien ; dans d'autres cas, ils prennent rendez-vous avec l'un de nos psychologues. Nos groupes de soutien psychosocial constituent aussi un espace sûr où les réfugiés, notamment les femmes, peuvent parler librement.

Nous ne pouvons pas rendre aux réfugiés ce qu'ils ont perdu, néanmoins nous pouvons les aider à guérir.