11 juin 2014

Journée contre le travail des enfants : de plus en plus d'enfants réfugiés syriens obligés de travailler

Alors que la crise syrienne perdure, le nombre d'enfants réfugiés syriens abandonnant l'école pour travailler continue d'augmenter. En Jordanie, le gouvernement estime que 60 000 enfants seraient concernés, soit deux fois plus qu'il y a trois ans. CARE soutient la scolarisation de certains de ces enfants, en aidant financièrement les familles de réfugiés.

Plus la durée de l'exil des réfugiés syriens se prolonge, plus ils deviennent financièrement vulnérables

 En Jordanie, les loyers ont augmenté de près de 30 % en un an, forçant 90 % des réfugiés à s'endetter, selon une étude menée par CARE en avril 2014.

« Environ 36 % des familles enregistrées auprès de CARE sont dirigées par des femmes. Or sans ressources, ni chef de famille masculin apte à travailler, les enfants doivent aider leur famille à survivre et, de ce fait, abandonner l'école », explique Salam Kanaan, directrice de CARE Jordanie.

L'impact social et psychologique sur les enfants est de plus en plus préoccupant. Nombre d'enfants sont confrontés à des conditions de travail très difficiles. Certains collectent de la ferraille et des bouteilles en plastique, d'autres travaillent dans des cafés ou sur des chantiers de construction.

« Travailler plus de 12 heures par jour, tous les jours de la semaine, dans des conditions proches de l'exploitation, laisse une cicatrice supplémentaire dans le cœur d'enfants déjà traumatisés par la guerre et la fuite », raconte Salam Kanaan.

CARE apporte un soutien financier à 100 familles

L'ONG CARE soutient les enfants réfugiés syriens

Durant 10 mois, ces familles recevront la somme de 73€ afin de remplacer l'argent qui aurait été apporté par l'enfant. CARE aide également les familles à identifier des sources de revenus alternatives.

« Nous testons actuellement cette nouvelle approche. Si elle permet d'éviter efficacement le travail des enfants, nous la transposerons au niveau national », explique Salam Kanaan.

Car sans soutien supplémentaire, comprenant l'accès légal au marché du travail pour les réfugiés et davantage d'offres d'emploi pour les jeunes de plus 16 ans, de plus en plus d'enfants syriens seront privés d'éducation et obligés de travailler. En Jordanie, seuls 52 % des garçons réfugiés vont actuellement à l'école (62 % des filles). Au Liban, seulement 30 % des enfants de réfugiés syriens sont scolarisés.

L'action de CARE

CARE a fourni une aide d'urgence à plus de 290 000 personnes : populations en Syrie, réfugiés syriens ou communautés hôtes en Jordanie, au Liban et en Égypte.

En Jordanie, CARE fournit un soutien financier d'urgence pour aider les réfugiés à couvrir leurs dépenses de base (loyer, achat de nourriture et de médicaments). CARE assure également un soutien psychosocial et donne des informations sur les soins de santé et soutien juridique et social dont les réfugiés peuvent bénéficier.

Au Liban, CARE organise des ateliers d'éducation sanitaire et travaille avec les municipalités pour améliorer les réseaux d'approvisionnement en eau et les installations sanitaires destinées aux réfugiés et aux communautés hôtes.

CARE Égypte sensibilise les réfugiés aux risques d'exploitation sexuelle et autres formes de violences basées sur le genre.