13 juin 2014

Sommet de Londres : le message de CARE a été entendu

CARE salue l'organisation du Sommet de Londres, pour mettre fin aux violences sexuelles dans les conflits, comme une opportunité sans précédent pour mettre fin au fléau des viols en zone de guerre.

Le format interactif et novateur de ce Sommet a permis un échange entre diplomates, victimes et acteurs de terrain. Les acteurs communautaires ont ainsi pu intervenir lors de tables-rondes où étaient présents ministres et chefs militaires.

Le rapport final de la conférence souligne : « Les lois et accords internationaux ne suffisent pas, les attitudes doivent évoluer. » John Kerry, William Hague et Angelina Jolie ont tous mentionné l'importance de combattre les inégalités de genre afin de mettre fin aux violences contre les femmes et les filles, aussi bien en temps de guerre que de paix. Ils ont également fait référence au besoin d'associer les hommes dans cette démarche. Nous sommes heureux que le message de CARE ait été entendu.

Au cours de ce Sommet, plusieurs discussions ont mis en avant le rôle des hommes comme agents de changement. Pour cela, il est nécessaire d'enseigner aux garçons et jeunes hommes à remettre en cause leurs attitudes sexistes et parfois violentes.

L'expérience de CARE, au Burundi ou dans les Balkans, a montré que travailler avec les hommes permettait de briser le cycle des violences.

C'est pourquoi CARE appelle les États à inclure dans les programmes scolaires un enseignement relatif à l'égalité des genres.

Nous saluons les engagements des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Somalie d'apporter des fonds et un soutien supplémentaire pour lutter contre les violences. Alors que l'Assemblée des Nations Unies se réunira en septembre pour échanger sur le genre et les urgences, CARE espère que d'autres Etats suivront l'exemple des Etats-Unis en renforçant leurs appuis en faveur aux réponses d'urgence de soutien aux victimes de violences.

Notes aux rédactions

CARE participe au groupe de pilotage de l'initiative pour la prévention des violences sexuelles mise en place par William Hague, ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni.

En amont de ce sommet, CARE Royaume-Uni a lancé une pétition, appelant les écoles du monde entier à enseigner aux jeunes le respect et l'égalité des genres. 3000 signatures ont déjà été recueillies.

CARE vient de publier un rapport intitulé « Challenging Gender-based Violence Worlwide » qui évalue l'impact de son travail dans la lutte contre les violences basées sur le genre, depuis 20 ans dans 61 pays.

Contact médias

Nos équipes et partenaires francophones (venant du Rwanda et de RDC), qui participent au Sommet, sont disponibles pour tout commentaire. Contactez Laury-Anne Bellessa, bellessa@carefrance.org - 01 53 19 89 92.