19 juin 2014

Cameroun : CARE soutient les réfugiés de République centrafricaine

Alors que le conflit en République centrafricaine se poursuit, le nombre de personnes qui fuient leur pays ne cesse d'augmenter. Dans l'Est du Cameroun, CARE apporte une aide d'urgence aux réfugiés centrafricains qui n'ont ni eau, ni nourriture. Vanessa Mosenge, chargée de communication chez CARE Cameroun, témoigne des conditions de vie dramatique des réfugiés.

De nombreuses familles ont perdu des enfants, morts de malnutrition

L'ONG CARE vient en aide aux réfugiés de Centrafique
2014 / CARE

Le mot désespoir a pris une toute autre ampleur dans l'Est du Cameroun. À Kette, de fragiles cahuttes fabriquées avec des feuilles abritent désormais des familles entières de réfugiés centrafricains. La plupart dorment à même le sol et utilisent des trous creusés dans la terre en guise de latrines. Ces familles manquent d'eau, de nourriture, d'abri et de soins médicaux.

Leurs visages reflètent leur tristesse et leurs doutes. Didja est arrivée récemment au Cameroun. Comme beaucoup de jeunes mères réfugiées, son lait maternel ne contient plus assez de nutriments pour nourrir son nouveau-né.

« Quand j'ai fui la Centrafrique, je savais que mon bébé n'allait pas tarder. Je voulais que mon enfant naisse dans un endroit sûr.  J'ai accouché dans la nature sans aide médicale et aujourd'hui, je n'ai rien à lui donner. Nous n'avons même pas d'eau potable ici », déplore-t-elle.

1 640 réfugiés dont 1 182 enfants et 256 femmes sont installés à Kette et de nouveaux arrivants arrivent chaque jour. Ils souffrent de malnutrition, de diarrhée ou de malaria.

A Kette, CARE est la première ONG à apporter de l'aide aux réfugiés

CARE a récemment aidé 230 familles en distribuant de la nourriture (riz, haricot, sucre, huile végétale, sel), du savon, des seaux, des bouilloires et des matelas.
Amina, 10 ans, fait partie des 1 640 personnes qui ont profité de ces distributions. Amina est arrivée au Cameroun avec ses cinq frères et sœurs, son père et sa belle-mère.

« Nous avons marché dans la forêt pour arriver ici. Pendant un mois, nous n'avons pratiquement rien mangé. Nous sommes soulagés de recevoir de l'aide », raconte Sali, son frère de 20 ans.

Aujourd'hui, 100 000 Centrafricains ont trouvé refuge au Cameroun. Certains ont pu fuir avec leurs familles, d'autres sont sans nouvelles de leurs proches. Chaque jour de nouveaux réfugiés arrivent et les ressources disponibles ne suffisent pas à combler leurs besoins.

Les équipes de CARE sont témoins des conditions de vie dramatiques des réfugiés

« Le plus difficile est d'entendre ce que ces personnes ont vécu. Beaucoup ont perdu des enfants, des époux. Ils ont abandonné leur maison et leurs biens. La plupart ont fui à pied, ils ont marché de longues heures et n'ont aujourd'hui pas accès à des soins médicaux ou à l'aide alimentaire dont ils ont besoin de manière urgente. Nous devons leur apporter une aide rapidement mais pour cela nous avons besoin de soutien financier », explique Miriam de CARE Cameroun.

CARE va continuer de soutenir les réfugiés de Kette par le biais d'une aide alimentaire et psychosociale. Nous allons également travailler avec d'autres acteurs humanitaires afin d'améliorer les conditions de vie des réfugiés et de leur fournir une aide médicale. A Timangolo, à 35 km de Kette, CARE travaille également avec le HCR pour construire des points d'eau et des latrines dans un camp où vivent 500 réfugiés. 2 000 personnes devraient les rejoindre dans les prochaines semaines.

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92
bellessa@carefrance.org