25 juin 2014

Paquet énergie-climat : l'UE doit être plus ambitieuse pour lutter contre le changement climatique

A la veille du sommet de l'UE à Bruxelles, l'ONG CARE exhorte les dirigeants européens à prendre en compte les dernières conclusions des rapports scientifiques et économiques sur le changement climatique. Le nouveau paquet énergie-climat de l'UE doit être plus ambitieux.

Si l'UE veut être prise au sérieux sur les questions de changement climatique et de défense des droits humains, le moment est venu pour elle de dévoiler un plan d'action ambitieux sur le climat. Continuer à demander une réduction des émissions nationales de CO2 inférieure à 40% d'ici 2030 n'est pas le signal clair qu'il faut envoyer à la communauté internationale.

« L'UE n'a aucune excuse pour ne pas adopter des objectifs plus forts et légalement contraignants de réduction des émissions de CO2, d'augmentation des énergies renouvelables et d'amélioration de l'efficacité énergétique », explique Aurélie Ceinos, chargée de mission changement climatique chez CARE France.

Les derniers rapports du GIEC font ressortir le besoin urgent d'une action plus ambitieuse pour éviter un changement climatique catastrophique, y compris le besoin de planifier la fin de l'utilisation des combustibles fossiles.

Les objectifs demandés par CARE et les 900 ONG du réseau Climate Action Network (CAN) (réduction des émissions de moins 55%, 45% de la production énergétique issue des énergies renouvelables et amélioration de l'efficacité énergétique de 40%) sont ambitieux mais réalisables.

« Si les dirigeants européens associent des objectifs ambitieux avec des engagements substantiels pour financer le Fonds Vert pour le Climat, ils pourront être crédibles lors du sommet des Nations Unies sur le climat à New York. Ils deviendront des acteurs clefs de la signature d'un nouveau traité mondial sur le climat en 2015 à la hauteur des enjeux », ajoute Sven Harmeling, coordinateur du plaidoyer sur le changement climatique de CARE International. 

CARE se félicite des premières mesures prises par des pays comme les Etats-Unis, la Chine ou le Mexique pour renforcer leurs politiques nationales de lutte contre le changement climatique. Des progrès importants ont également été réalisés à travers le lancement du Fonds Vert pour le Climat, susceptible d'être la principale source de financements-climat qui aidera les pays en développement. L'UE doit suivre ces signaux positifs.

« Nous voyons déjà comment les impacts du changement climatique mettent en péril les avancées en matière de développement, et inversent les efforts de réduction de la pauvreté. C'est une grande injustice mondiale. Il n'y a pas de temps à perdre pour s'en prendre aux causes et aux conséquences du changement climatique. Nous avons besoin d'actions ambitieuses dès maintenant », conclut Aurélie Ceinos.

Note aux rédactions :Une lettre adressée aux dirigeants européens de huit pays a été envoyée par l'ONG CARE en mars dernier : http://www.careclimatechange.org/files/LetterHeadsofState_EU20301.pdf

Contact médias

Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org