20 août 2014

Gaza : Soutenir les populations et les aider à reconstruire

Les récentes violences dans la bande de Gaza ont provoqué d'importantes destructions et beaucoup de souffrances. Sur place, CARE et ses partenaires apportent des soins médicaux aux populations. René Celaya, directeur de CARE à Gaza, témoigne de la situation sur place.

L'ONG humanitaire CARE vient en aide aux populations de Gaza
Personnes patientant devant une clinique mobile mise en place par CARE et son partenaire PMRS dans une école primaire de Gaza. © CARE

L'ampleur des destructions et des souffrances

« La semaine dernière, j'ai rejoint les équipes de CARE à Gaza. Je pensais que les images diffusées dans les médias m'auraient préparé à l'ampleur des destructions. Ce n'était pas le cas.

La reconstruction des services de santé, des bâtiments, des infrastructures, ainsi que le rétablissement des moyens de subsistance de la population demanderont beaucoup de temps. Cette tâche devra commencer dès qu'un cessez-le-feu durable sera instauré.

Pour l'heure, les conditions de vie des populations de Gaza sont très difficiles.

CARE et son partenaire apportent des soins médicaux

CARE travaille actuellement avec des organisations locales, dont Palestinian Medical Relief Society (PMRS). Cette collaboration et ce partage d'expérience nous permettent de mieux prendre en charge les besoins des populations.

J'ai ainsi accompagné l'une des équipes médicales mobiles gérées par CARE et PMRS. Nous nous sommes rendus dans une école primaire où 2 400 personnes ont trouvé refuge.

C'est formidable de voir les services que cette équipe peut fournir, mais elle ne peut pas aider tout le monde. Et une grande partie des services de santé ont été détruits. Les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables, car elles doivent accoucher dans des abris de fortune, sans installation sanitaire, ni vaccins pour leur enfant. De nombreuses femmes enceintes souffrent d'anémie, ce qui les rend encore plus fragiles dans ce contexte.

Le nombre important de blessés à prendre en charge limite l'accès aux soins des personnes souffrant d'autres problèmes de santé comme des maladies chroniques.

Lors de ma visite, un de nos médecins a examiné une jeune fille atteinte de leucémie. Elle avait été obligée de quitter l'hôpital, parce qu'on ne pouvait plus lui fournir les soins nécessaires. La question était de savoir comment l'accompagner, elle et sa famille, durant les derniers jours qui lui restaient à vivre.

Espérer un avenir sans guerre

J'ai été frappé par l'incroyable résilience des habitants de Gaza ; leur capacité à se rétablir et à continuer de vivre. Quand leurs maisons ont été bombardées, ils ont tenté de récupérer tout ce qu'ils pouvaient : des vêtements ou un meuble qu'ils pouvaient vendre.

Aujourd'hui, les enfants continuent de jouer dans les rues. S'ils entendent une roquette exploser, ils ne courent pas. Ils y sont habitués. C'est devenue la norme à Gaza.

La forte détermination des habitants de Gaza à continuer de vivre leur vie, en dépit de tout ce qu'ils ont traversé, m'a bouleversé. À l'heure actuelle, ils ne peuvent pas faire grand-chose, si ce n'est espérer un avenir sans guerre. »

A PROPOS DE CARE

L'ONG internationale CARE et son partenaire local, Palestine Medical Relief Society (PMRS) mettent en place des cliniques mobiles délivrant des soins médicaux d'urgence et du soutien psychosocial, en portant une attention particulière aux femmes enceintes.

Depuis la mi-août, les cliniques mobiles ont permis la prise en charge de plus de 6 000 personnes, soit environ 300 patients par jour. L'ONG distribue également des kits d'hygiène aux familles qui ont tout perdu, comprenant des serviettes, des produits nettoyants, des protections hygiéniques et des couches pour les nourrissons.

CARE prévoit de soutenir les populations - notamment les agriculteurs - dans le rétablissement de leurs moyens de subsistance.

CARE travaille en Israël, en Cisjordanie et à Gaza depuis 1948 (avec une interruption entre 1984 et 1994).