02 novembre 2014

Rapport du GIEC : le changement climatique menace la sécurité alimentaire mondiale.

Le nouveau rapport de synthèse du GIEC confirme que le changement climatique cause des risques sans précédent sur la sécurité alimentaire mondiale. Agir contre le changement climatique et aider les populations les plus vulnérables à s'adapter est un devoir moral pour les pays développés, rappelle l'ONG CARE. 

« Ce rapport du GIEC est un appel à l'action. Ne rien faire revient à exposer des millions de personnes à des risques sans précédent, pour lesquels nous ne sommes pas préparés. Plus nous attendons pour agir, plus les conséquences économiques et humaines seront élevées », déclare Sven Harmeling, responsable de plaidoyer pour CARE, présent à Copenhague pour le lancement de la synthèse du 5ème rapport du GIEC.

Le changement climatique affecte déjà la qualité et la quantité des ressources en eau. Si les Etats ne réagissent pas, les impacts du changement climatique vont :

  • Renforcer et créer de nouvelles poches de pauvreté : au Bangladesh, pays importateur de produits alimentaires, la pauvreté pourrait augmenter de 15% d'ici 2030 du fait de la hausse des prix provoquée par le changement climatique.
  • Accroître l'insécurité alimentaire : une augmentation des températures de plus de 2 degrés pourrait affecter les cultures d'aliments de base comme le blé, le riz ou le maïs. 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de malnutrition d'ici 2080.

Au Pérou, pays qui accueillera la COP en décembre, des fermiers de la province d'Ancash sont déjà confrontés aux impacts du changement climatique :

«Le climat a déjà beaucoup changé. Nous voyons de nouveaux insectes apparaître comme les moustiques blancs. De nouvelles maladies détruisent nos plantations», explique Nemezia Villon Ramirez, 64 ans.

En réponse, CARE a réintroduit d'anciennes variétés de pommes de terre et de quinoa, moins demandeuses en eau et plus résistantes aux températures extrêmes. Mais de telles mesures ne seront pas suffisantes. 

Une action est nécessaire, tant au niveau mondial que local, pour contrer les causes et limiter les conséquences du changement climatique. CARE appelle à une transition rapide vers les énergies renouvelables et à plus d'investissements en faveur de l'adaptation des populations les plus vulnérables.

« Les pays développés vont prochainement se réunir à Berlin pour déterminer leurs engagements financiers pour le Fonds Vert. Des engagements ambitieux seraient un signal fort pour encourager des avancées concrètes lors de la COP de décembre», déclare Aurélie Ceinos, chargée de mission changement climatique chez CARE France. 

Niva Quiñones, fermier péruvien de la province de Junín, interpelle également la communauté internationale :« Nous faisons tout notre possible ici pour nous adapter. Nous travaillons très dur et si nous pouvons le faire, les pays développés le peuvent aussi.»

Contacts médias :

Sven Harmeling, notre expert climat, est à Copenhague et disponible pour tout commentaire (anglophone). Contactez Jo Barret : jbarrett@careclimatechange.org| +44(0)79 40 70 39 11| Twitter @CAREClimate

Fanny Petitbon, chargée de plaidoyer chez CARE France, sera disponible la semaine prochaine (francophone). Contactez Laury-Anne Bellessa :bellessa@carefrance.org|+ 33 (0) 1 53 19 89 92

A propos de CARE :

Présente dans 87 pays dans le monde, l'ONG CARE soutient les populations affectées par des chocs climatiques ponctuels (tempête, inondations) ou de long terme (variabilité des saisons et des précipitations). Au cours de ces derniers mois, CARE a répondu à de nombreuses situations d'urgence : en Inde et Népal suite aux inondations ; au Soudan du Sud, Mali, Niger, Somalie affectés par des crises alimentaires.

CARE met également en place des programmes d'adaptation : soutien agricole des communautés des Andes qui souffrent de la disparition des glaciers ; mise en place de réseaux d'accès à l'eau en Inde ; projets de plantation de mangroves et de restauration de systèmes de défense côtiers dans certaines régions d'Indonésie, de Thaïlande et du Vietnam.

En savoir plus : www.carefrance.org