19 novembre 2014

Josephine Ngagba, 17 ans, est orpheline à cause d'Ebola. L'épidémie l'a également forcée à arrêter ses études, suite à la fermeture des écoles. Josephine vit au sud de la Sierra Leone où les équipes de CARE mènent des actions de sensibilisation sanitaire afin de limiter la propagation du virus Ebola et de protéger les populations.

Le virus Ebola a fait plus de 5 000 morts en Afrique de l'ouest

L'ONG CARE vient en aide aux populations affectées par le virus Ebola
2014 / CARE

Le frère aîné de Josephine a été le premier membre de sa famille à être touché par le virus Ebola. Le diagnostic n'a été confirmé que peu de temps après son décès.

Quelques jours plus tard, une équipe médicale du district a placé la maison de Josephine en quarantaine. Sa famille ne pouvait plus sortir de chez eux.

Peu après, son père et son autre frère ont souffert de mal de gorge, de fièvre, de vomissements et de diarrhée. Josephine a reconnu les symptômes d'Ebola, qu'elle avait entendus à la radio et à la télévision grâce à des messages de sensibilisation diffusés par des ONG comme CARE. Elle a recontacté l'équipe médicale qui a immédiatement conduit son père et son frère au centre de traitement de Kenema. Malheureusement, il était trop tard : son père est mort pendant le trajet et quelques jours plus tard, son frère décédait dans l'unité d'isolement du centre de traitement.

« J'ai perdu presque tous les gens que j'aime »

Josephine était dévastée et terrorisée. Toujours enfermés dans leur maison, ses deux sœurs et son troisième frère sont également tombés malades. Leurs tests de dépistage se sont avérés positifs. Josephine n'avait nulle part où aller. Elle ne voulait pas vivre seule et ses voisins avaient peur de l'accueillir. L'équipe médicale lui a permis de rester à l'hôpital, dans une zone d'observation réservée aux personnes dont la famille souffre du virus Ebola.

Aujourd'hui, Josephine craint que le virus ne décime toute sa famille et qu'il ne s'agisse que d'une question de temps avant que sa vie soit aussi sacrifiée.

« J'ai passé mon anniversaire en quarantaine et j'ai perdu presque tous les gens que j'aime, dont mon papa. A cause de ça, je ne me sens pas vraiment soulagée d'avoir échappé à l'épidémie », explique Josephine. « J'espère juste que ce virus épargnera mon dernier frère et mes sœurs. Ils sont tout ce qu'il me reste. »

L'action de CARE

CARE contribue à la prévention de la propagation du virus par des actions d'information et de promotion de règles d'hygiène. En Sierra Leone, CARE a notamment diffusé 1 650 affiches d'information. CARE distribue également du savon, des seaux, des gants et du chlore au Sierra Leone et au Liberia.