24 novembre 2014

Lutte contre les violences faites aux femmes : mettre fin aux mariages forcés

Chaque jour, près de 39 000 filles sont mariées, soit environ une fille toutes les deux secondes. CARE aide les communautés à développer leurs propres solutions et alternatives au mariage forcé. Nos équipes soutiennent également les filles mariées précocement afin d'atténuer les effets de ces mariages.

En Ethiopie, CARE soutient 5 000 filles âgées de 10 à 19 ans, victimes de mariages forcés et vulnérables aux violences et à l'excision. Beaucoup de ces filles n'avaient que très peu accès aux services de santé, d'éducation et étaient isolées socialement. CARE a créé des groupes de soutien au sein desquels les filles peuvent partager les expériences et en apprendre plus sur des sujets tels que la santé sexuelle et reproductive, ou la production de revenus économiques. Plus de la moitié des filles ont désormais davantage confiance en elles pour discuter avec leur mari de l'utilisation de moyens de contraception ou de la gestion des finances familiales.

Des programmes radios hebdomadaires et des réunions communautaires sont également organisés afin de former les adultes sur les dangers du mariage forcé et les moyens de les empêcher. Plus de 180 mariages d'enfants ont déjà été évités grâce à l'action de 1 400 membres communautaires ayant participé à ce programme.

Belet, 15 ans, Ethiopie : « J'ai toujours voulu aller à l'école et CARE m'a donné le courage de demander de l'aide à ma famille »

« J'ai été mariée à l'âge de 8 ans. J'ai fui mon mari quand j'avais 12 ans, quand ma belle-mère a commencé à faire pression sur moi pour que j'aie des relations sexuelles avec lui. Ma famille m'a obligée à retourner chez mon mari deux fois. Une fois j'ai été enlevée et battue par mon beau-frère. J'ai alors entendu parler du projet de CARE pour les filles mariées et j'ai participé à une formation pour apprendre à communiquer et à m'affirmer. Le projet m'a aidé à devenir plus confiante et à parler avec les adultes sur des questions difficiles comme l'utilisation de moyens contraceptifs pour éviter de tomber enceinte après des relations sexuelles violentes. J'ai toujours voulu aller à l'école et CARE m'a donné le courage de demander de l'aide à ma famille. J'ai repris les cours cette année et je suis décidée à obtenir de bonnes notes. »

Dites NON aux violences faites aux femmes !

CARE France lance une campagne mettant en contraste le respect et la liberté de choix qui devraient être garantis à chacune et la réalité des violences que subissent bien trop de petites filles et de femmes à travers le monde : violences physiques ou sexuelles, crimes d'honneur, mariages forcés, mutilations génitales, exploitation sexuelle, etc.

Alors que l'OMS vient de déclarer que les efforts déployés contre les violences sont encore largement insuffisants, CARE se mobilise au long des 16 jours d'activisme du 25 novembre au 10 décembre. Chacun est invité à partager largement la série de six infographies produites par CARE France, assorties du hashtag #ViolencesFaitesAuxFemmes, afin de sensibiliser le plus grand nombre, à l'aide de jeux de mots et de chiffres clés.