24 novembre 2014

Soutenir les victimes de violences : apporter un soutien médical et juridique

Les violences faites aux femmes affectent tous les aspects de la vie des victimes. CARE s'assure qu'elles reçoivent un soutien complet et confidentiel, qui comporte des soins médicaux de qualité, une écoute, un soutien psychosocial, une protection de la police (qui garantisse leur sécurité physique), un abri et l'accès à une assistance juridique.

CARE coordonne un suivi intégré des victimes de violences en travaillant avec un éventail de partenaires locaux comme la police ou des services juridiques et médicaux. Nos équipes veillent à ce que l'aide apportée ne soit pas une source de stigmatisation.

En Zambie, CARE a appuyé des centres qui offrent des services complets aux victimes de violences dans 7 districts.

Situés au sein ou à proximité d'établissements de santé publique, les centres mettent à disposition des services médicaux, juridiques et de santé mentale. Ils servent également d'antenne à la communauté pour des actions de prévention. Ces centres ont déjà aidé plus de 18 000 femmes grâce à des services coordonnés. Et ce programme a récemment été étendu à l'échelle nationale par le gouvernement zambien.

Au Burundi, CARE a mis en place un réseau de soutien communautaire pour permettre aux victimes d'avoir accès aux dispositifs de prise en charge de façon rapide et efficace.

Les travailleurs de santé reçoivent une formation de sensibilisation pour la prise en charge des victimes. Cela permet aux victimes de recevoir des soins médicaux d'urgence, y compris des traitements de post-exposition au sida. Les femmes, victimes de violences, sont désormais mieux informées sur leurs droits et savent où s'adresser pour obtenir un soutien.

CARE apporte aussi un soutien économique aux victimes de violences. Au Burundi, Rwanda, Ouganda et RDC, par le biais d'associations villageoises d'épargne et de crédit (AVEC).

Dites NON aux violences faites aux femmes !

CARE France lance une campagne mettant en contraste le respect et la liberté de choix qui devraient être garantis à chacune et la réalité des violences que subissent bien trop de petites filles et de femmes à travers le monde : violences physiques ou sexuelles, crimes d'honneur, mariages forcés, mutilations génitales, exploitation sexuelle, etc.

Alors que l'OMS vient de déclarer que les efforts déployés contre les violences sont encore largement insuffisants, CARE se mobilise au long des 16 jours d'activisme du 25 novembre au 10 décembre. Chacun est invité à partager largement la série de six infographies produites par CARE France, assorties du hashtag #ViolencesFaitesAuxFemmes, afin de sensibiliser le plus grand nombre, à l'aide de jeux de mots et de chiffres clés.