09 décembre 2014

Philippines : première distribution alimentaire aux victimes du typhon Hagupit

L'ONG internationale CARE apporte une première aide alimentaire d'urgence à 2 800 familles, victimes du typhon Hagupit dans l'île de Samar. Les premières évaluations terrain révèlent des dommages très importants causés par de fortes pluies et des vents violents.

L'ONG CARE vient en aide aux victimes du typhon Hagupit
2014 / CARE

Le typhon Hagupit, qui frappé les Philippines samedi soir, a entrainé l'évacuation de près d'1 million de personnes. Il a endommagé de nombreuses maisons, cultures agricoles et les moyens de subsistance des populations.

« Les mesures prises par les autorités locales, comme les évacuations, ont sauvé de nombreuses vies. Les dégâts sont cependant considérables, notamment dans des régions déjà dévastées il y a tout juste un an par le typhon Haiyan », déclare Emmanuel Lan Chun Yang, coordinateur des urgences pour la région Asie de l'ONG internationale CARE, actuellement à Manille.

Pour répondre à l'urgence, CARE met en place une assistance alimentaire (riz, conserves) et va organiser très prochainement des distributions de kits d'abris d'urgence ainsi qu'une aide financière.

CARE lance un appel à dons dans l'espoir de récolter 4 millions € pour venir en aide aux familles affectées par Hagupit. Il faut environ 16€ pour nourrir une famille de cinq personnes pendant deux semaines et environ 12€ pour construire un abri d'urgence.

« Il est essentiel d'aider ces populations à se remettre de cette catastrophe, qui a touché des régions parmi les plus pauvres du pays », Violaine Gagnet, responsable des urgences de CARE France.

CARE aux Philippines

CARE travaille aux Philippines depuis 1949 aidant les communautés à se préparer aux catastrophes naturelles et intervenant en urgence lors de crises.

Après le passage du typhon Haiyan, CARE a soutenu plus de 300 000 personnes dans les îles de Leyte, de Samar et de Panay. CARE a apporté une aide alimentaire d'urgence puis a aidé les populations à reconstruire leurs maisons et à retrouver des activités génératrices de revenus.