13 août 2015

Environnement. 13 Août, Jour de dépassement de la Terre. À partir d'aujourd'hui, et ce, jusqu'à décembre, la Terre vit à crédit

En moins de huit mois, l'humanité a consommé la totalité du budget écologique annuel de la Terre.

Selon Global Footprint Network*, les besoins de l'humanité dépassent depuis le 13 août 2015, les réserves de ressources renouvelables annuelles disponibles.

Il faudrait donc l'équivalent de 1,6 Terre pour supporter les besoins de l'humanité jusqu'à la fin d'année.

Le jour où les besoins annuels des hommes dépassent les ressources disponibles de la planète

Global Footprint Network compare l'empreinte écologique qui mesure l'exploitation des ressources naturelles de la Terre par l'homme, avec la biocapacité de la Terre, c'est-à-dire, sa capacité à régénérer ses ressources et absorber les déchets, comme les émissions de gaz à effet de serre.

Le « Jour de dépassement de la Terre » représente donc la date à laquelle la consommation annuelle de l'humanité en ressources naturelles excède ce que la nature est capable de régénérer sur 1 an. Ce Jour est passé de début octobre en 2000 au 13 août cette année.

A partir du « jour de dépassement », l'humanité creuse sa dette écologique. Le coût de cette dilapidation écologique devient de plus en plus manifeste, se traduisant par les déforestations, les sécheresses, la pénurie d'eau potable, l'érosion des sols, la perte de biodiversité et l'accumulation dans l'atmosphère de dioxyde de carbone.

L'importance d'un accord ambitieux à la COP 21 : l'opportunité de sauver les ressources de la Terre

L'accord sur le climat attendu à l'issue de la 21e Conférence des parties des Nations Unies (COP) en décembre aura pour objectif de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés. Cet objectif suppose que les pays mettent en place des mesures pour éliminer totalement d'ici 2070 les énergies fossiles, qui influent directement sur l'empreinte écologique des pays.

Ainsi, si les émissions mondiales de carbone sont réduites d'ici 2030 d'au moins 30 % par rapport à aujourd'hui, conformément au scénario proposé par le GIEC**, le Jour de dépassement pourrait reculer au 16 septembre 2030.

En revanche, si aucun accord ambitieux n'est mis en place pour réduire l'empreinte carbone, cela impliquerait d'utiliser les ressources équivalentes à 2 planètes d'ici 2030. Le Jour de dépassement arriverait alors à la fin du mois de juin.

* Global Footprint Network est un laboratoire d'idées qui s'efforce d'encourager des décisions politiques durables dans un monde où les ressources sont limitées.www.footprintnetwork.org

** Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)