18 septembre 2015

Climat : Il est l'heure pour l'Union Européenne de transformer les discours en engagements concrets

Les ministres européens de l'environnement se réunissent ce vendredi 18 septembre pour adopter la position commune de l'Union Européenne pour la COP21 qui se déroulera à Paris en décembre. A cette occasion, les Directeurs Généraux des bureaux européens de CARE, dont CARE France, ont écrit une lettre à leur ministre de l'environnement pour les encourager à faire de la position européenne, un appel à l'ambition.

Les échéances clés avant le Sommet de Paris

Cette réunion de vendredi s'inscrit dans une série de réunions internationales cet automne qui auront un impact significatif sur le résultat de la COP21.

Début septembre, les gouvernements des 196 Parties à la Convention-Cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), y compris l'Union Européenne (UE), se sont réunis lors d'une session de négociations sur le climat à Bonn, immédiatement suivie par une réunion ministérielle informelle à Paris sur les enjeux d'adaptation, pertes et dommages et financements.

Depuis le 15 septembre, les gouvernements du monde entier sont à New York pour l'Assemblée Générale des Nations unies qui aboutira à l'adoption de l'agenda 2030 pour le développement durable. Ces échéances offrent l'opportunité aux Etats de donner le ton avant la COP21.

Au-delà des discours, l'UE doit maintenant adopter une position politique ambitieuse

CARE appelle les Etats européens à relayer 2 messages clairs : il est indispensable d'agir de toute urgence face au changement climatique et d'apporter une réponse à la hauteur des enjeux, en particulier en soutenant les populations les plus vulnérables.

Récemment, le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker a insisté sur le fait « qu'un accord climatique mondial ambitieux, robuste et contraignant » est une priorité pour l'UE.

Les Conclusions du Conseil de l'UE sur la diplomatie en matière de climat soulignent également que pour « garantir un avenir fait de sécurité et de stabilité, il faut au préalable que le monde s'engage sur une trajectoire de développement sobre en carbone sûre, durable et à l'épreuve du changement climatique. »

Au cours des derniers mois, l'UE s'est exprimée à plusieurs reprises en faveur d'une action climatique qui respecte les droits humains, l'égalité des genres et ne nuise pas à la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables.

4 ingrédients essentiels pour faire de l'UE un allié prenant en compte les besoins des plus vulnérables

CARE appelle les ministres européens de l'environnement à transformer ces déclarations en engagements concrets, en particulier en inscrivant dans les Conclusions du Conseil sur la préparation de la COP21 :

  • Un objectif de limitation du réchauffement climatique à maximum +1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels.
  • La mise à disposition de financements publics prévisibles et suffisants pour lutter contre le changement climatique, additionnels à l'aide publique au développement avec des cibles distinctes pour l'atténuation et l'adaptation, dont la responsabilité est divisée en fonction des responsabilités et des capacités respectives de chaque pays ;
  • L'inclusion dans l'Accord de Paris des pertes et dommages pour les situations dans lesquelles l'atténuation et l'adaptation ne sont pas en mesure d'apporter une réponse suffisante.
  • La révision à la hausse du taux fixé par l'UE en termes de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, pour aller au-delà des « au moins 40% d'ici 2030 » car les coûts des impacts liés au changement climatique augmentent de manière exponentielle et les technologies liées aux énergies renouvelables sont de plus en plus abordables.