19 septembre 2019

Le changement climatique est une menace pour l’ensemble de l’humanité. C’est scientifiquement prouvé. Pourtant, les gouvernements sont bien loin de prendre les mesures nécessaires pour protéger leurs populations. Ensemble, nous avons le pouvoir de les faire réagir. Voici cinq raisons de vous mobiliser avec CARE, le samedi 21 septembre, lors de la marche pour le climat !

Le changement climatique affecte déjà les populations les plus vulnérables.
© CARE

1- Il y a urgence ! Les catastrophes climatiques se multiplient

En France et partout dans le monde, les populations souffrent d’ores et déjà du changement climatique.

Les événements climatiques extrêmes deviennent la norme. Cet été, la France, la Tunisie, I’Inde, l’Indonésie, la Lettonie, le Japon… ont été frappés par des canicules, sécheresses et incendies. Des écosystèmes entiers ont été dévastés, des cultures agricoles détruites et la santé des populations gravement affectée, notamment dû au manque d’eau et aux pics de pollution.  

2- La fenêtre d’action est courte pour stopper le changement climatique

À cause du manque d’actions politiques, le réchauffement climatique pourrait être encore plus grave qu’initialement prévu. Une nouvelle alerte a été lancée cette semaine par des scientifiques français : la hausse de température pourrait atteindre + 6,5 à 7°C en 2100, si on ne réduit pas massivement l’utilisation des énergies fossiles.

Or, la communauté scientifique ne cesse de le répéter : il est nécessaire de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C si l’humanité veut pouvoir s'adapter et continuer à vivre dans des conditions décentes. Or, on risque de dépasser ce seuil dès 2040. La fenêtre d’action est courte pour réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre.  

3- La France et les autres gouvernements ne font pas assez

Objectifs trop faibles de réduction des émissions qui ne sont même pas atteints, augmentation des soutiens financiers aux industries fossiles, manque d’investissements dans les énergies renouvelables et la rénovation thermique des bâtiments…

Le manque de volonté de la France pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre a été épinglé en juin par le Haut conseil pour le climat. C’est pourtant l’une des priorités affichées par le gouvernement.

Et c’est le même constat dans la quasi-totalité des pays. C’est pourquoi, le Secrétaire Général de l’ONU a convoqué les États la semaine prochaine, lundi 23 septembre, en demandant des actes concrets : « Apportez des plans, et non des discours » car il s’agit de « lutter pour nos vies ».

4- Défendre le climat, c’est défendre nos droits

Les populations les plus vulnérables et les pays les plus pauvres sont aujourd’hui les premiers à être durement touchés, mais ce ne sont pas les seuls. Le changement climatique nous affecte déjà toutes et tous.

Le changement climatique creuse d’ores et déjà les injustices sociales, en France et dans le monde : manque d’accès à l’eau, diminution de nos ressources agricoles et alimentaires, dangers pour la santé, menace pour les emplois, risque accru de conflits et migrations forcées… 

5- Bonne nouvelle : il est encore possible d’agir.

Des solutions existent pour lutter contre le changement climatique. Et il est encore temps de les mettre en place.

Nous avons toutes et tous le pouvoir d’agir : citoyennes et citoyens, entreprises, villes, États… Nos modes de vie et consommation doivent être plus responsables : réduire notre consommation d’énergie et privilégier les énergies renouvelables, les transports en commun. Cela veut aussi dire protéger nos ressources naturelles, notamment grâce à l’agriculture biologique. Ou par exemple, privilégier les légumes locaux et de saison qui génèrent 7 fois moins de gaz à effet de serre que ceux produits en serre.

Sur le terrain, CARE aide aussi les communautés les plus vulnérables à réduire les impacts des chocs climatiques ponctuels (tempête, inondations) ou de long terme (variabilité des saisons et des précipitations) : soutien agricole aux communautés qui souffrent de la disparition des ressources en eau des glaciers ; projets de plantation de mangroves pour limiter les dommages causés par la montée des eaux et les cyclones ; mise en place d’alternatives écologique et durables à la cuisson au charbon ou aux engrais chimiques. 

Rejoignez-nous à la marche climat, samedi 21 septembre !
  • Du 20 au 27 septembre, dans les rues, en ligne, citoyennes et citoyens, associations vont se mobiliser pour le climat. Des marches engagées, festives et familiales sont organisées partout en France, ce samedi 21 septembre. Plus nous serons nombreux et nombreuses, plus la pression sur les États sera forte. Nous exigeons des politiques climatiques concrètes et ambitieuses dès aujourd’hui.
  • Alors, venez marcher à nos côtés ! CARE se mobilise à Paris et vous donne rendez-vous à 13h30 à côté du Jardin du Luxembourg, devant le kiosque à musique, à quelques mètres du point de départ général.
  • Des marches et mobilisations ont également lieu partout en France. Rendez-vous ici pour en savoir plus !
  • N'hésitez pas à en parler autour de vous, à votre famille, à vos amis ! Nous comptons sur vous.