Guatemala

Guatemala : Atténuation des risques liés aux catastrophes naturelles

Fiche projet

Début : avril 2014
Fin : décembre 2015
Localisation : Deux municipalités de la région de San Marcos : El Quetzal et San Antonio Sacatepequez
Budget : 791 765€
Partenaires locaux : COOPI
Financé par : ECHO (Service d'aide humanitaire de l'Union européenne)
Bénéficiaires : 23 313 individus et 11 organisations locales

Le tremblement de terre survenu dans la région de San Marcos au Guatemala en 2012 a mis en exergue la grande vulnérabilité de cette zone aux catastrophes naturelles ainsi que le besoin de mettre en œuvre une approche multidimensionnelle d'atténuation des risques et de planification de la réponse d'urgence.

Contexte

Les municipalités d'El Quetzal et San Antonio ont été particulièrement affectées par le tremblement de terre de 2012 et la reconstruction n'est toujours pas terminée. Le changement climatique induit des épisodes météorologiques de plus en plus extrêmes (précipitations surabondantes, sécheresses, et cetera) qui aggravent également la vulnérabilité de cette région.

Les infrastructures sont particulièrement fragiles et peu résistantes aux séismes et aux glissements de terrain. Les matériaux, les techniques de construction et l'emplacement des bâtiments ne sont pas adaptés aux risques de la région. La réhabilitation doit prendre en compte les normes de construction parasismique et les normes de construction en territoire accidenté de façon à réduire la vulnérabilité des infrastructures.

Les efforts de reconstruction doivent être accompagnés de mesures visant à renforcer la gouvernance et la coordination des acteurs locaux responsables de la gestion des risques de catastrophes naturelles. En effet, les événements de 2012 ont révélé le manque de planification et de coordination dans la prévention et la mise en œuvre d'une aide humanitaire d'urgence pour les victimes de ces catastrophes.

Les systèmes d'alerte, la collecte d'informations climatiques et la cartographie des risques doivent aussi être améliorés pour faciliter les évacuations et atténuer les conséquences de ces catastrophes.

Les centres d'accueil pour sinistrés ne disposaient pas d'infrastructures accessibles aux personnes en situation de handicap, le rétablissement de l'enseignement dans les écoles primaires a été tardif et le soutien aux femmes chefs de ménages, plus durement affectées économiquement, s'est avéré insuffisant. Pour ces raisons, il est également primordial d'inclure ces groupes (femmes, personnes en situation de handicap, représentants de la jeunesse) dans les structures de gouvernance de gestion des risques.

Objectifs

Objectif global : Contribuer à la résilience des membres les plus vulnérables au sein des communautés ciblées, grâce à la promotion de leur participation dans les processus de prise de décision et au renforcement des capacités des systèmes locaux de gestion des risques liés aux catastrophes naturelles.

Objectif spécifique 

: Réduire les risques liés aux catastrophes naturelles dans les régions les plus exposées à des aléas multiples, à l'aide d'une approche axée sur l'inclusion et l'adoption des principes humanitaires.

Activités

Résultat 1 : Les capacités de la communauté dans les municipalités ciblées sont renforcées de façon à améliorer l'efficacité de la réponse d'urgence à la suite de catastrophes naturelles.

  • Refonte des structures d'organisation et de gouvernance des unités locales afin qu'elles soient pleinement intégrées à l'agence nationale de coordination des efforts de réduction des risques de catastrophes (la CONRED) ;
  • Organisation de formations visant à améliorer les capacités de communication et de coordination au sein des agences locales et municipales de coordination des efforts de réduction des risques liés aux catastrophes (les COLREDs et COMREDs) ;
  • Evaluation et cartographie des risques, planification de la réponse d'urgence et simulation de catastrophes naturelles ;
  • Formation du personnel enseignant et simulation de catastrophes dans les écoles primaires de façon à élaborer un plan d'urgence et un protocole de rétablissement de l'enseignement à la suite de catastrophes naturelles ; 
  • Inclusion des personnes vulnérables (femmes, jeunes, personnes en situation de handicap) dans l'élaboration de mesures de prévention et de plans d'urgence;
  • Réalisation d'une étude initiale et d'une étude finale.

Résultat 2 : Les capacités des communautés et municipalités ciblées sont renforcées. L'atténuation des risques et la planification de la réponse aux catastrophes naturelles est améliorée de façon à réduire leur vulnérabilité aux catastrophes.

  • Evaluation des bâtiments et des infrastructures pour cartographier les risques et identifier les travaux de réaménagement prioritaires à réaliser dans le cadre du projet ;
  • Mise en œuvre de travaux de mitigation et de réaménagement dans les écoles, lieux publics et centres d'accueil pour sinistrés afin d'améliorer l'accessibilité de ces lieux aux personnes vulnérables (personnes en situation de handicap, femmes et enfants);
  • Inclusion de méthodes ancestrales de gestion des risques dans les pratiques productives des agriculteurs et des éleveurs.
  • Révision et mise à jour des outils déjà existants (guide de normes de construction parasismique et de normes de construction en terrain accidenté). 
  • Mise en place d'une formation portant sur la mitigation des risques sismiques et des risques de glissement de terrain en partenariat avec l'Université de San Pablo et la « School of Integral Studies in Risk Management ». 
  • Provision d'une formation menant à l'obtention de la certification AGIES NSE 4-10 auprès de 30 travailleurs de la construction et contremaîtres.

Résultat 3 : Promouvoir la diffusion des connaissances et des outils développés dans le cadre du projet ainsi que les actions de plaidoyer auprès des décideurs publics locaux, régionaux et nationaux.

  • Organisation d'un forum virtuel portant sur l'imputabilité.
  • Promotion de la coopération et de la dissémination des informations et protocoles entre la CONRED et les partenaires du programme de préparation aux catastrophes naturelles du service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (DIPECHO)
  • Organisation de festivités locales et nationales dans le cadre de la Journée Internationale de la Réduction des Risques liés aux Catastrophes naturelles.
  • Compilation des outils et protocoles de mitigation des risques développés dans le cadre du modèle DIPECHO, et dissémination de ces informations et pratiques auprès des partenaires locaux et nationaux.
  • Organisation de consultations à l'échelle locale.
  • Mise en œuvre d'actions de plaidoyer visant les acteurs politiques et communautaires locaux.
  • Institutionnalisation des normes et régulations de construction parasismique au sein des gouvernements municipaux. 
  • Mise en œuvre d'une campagne de sensibilisation.