Cameroun

Cameroun : assistance et protection des réfugiés centrafricains et des populations hôtes dans les secteurs de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement et de la santé mentale

Fiche projet

Début : janvier 2016
Fin : décembre 2016
Localisation : est du Cameroun et Adamaoua
Budget : 1 416 192 €
Financé par : UNHCR et Fondation Roi Baudoin
Bénéficiaires : Environ 46 000 réfugiés et 15 000 personnes parmi les populations locales d’accueil

Les violences affectant l’ensemble du territoire centrafricain ont forcé les populations à fuir leur pays pour se réfugier au Cameroun. Ces populations qui ont tout abandonné se retrouvent donc sans biens de première nécessité et sans moyens de subsistance.
Ce projet vise à consolider et renforcer l’accès aux services essentiels et la couverture des besoins primaires dans les sites aménagés et les villages hébergeant des réfugiés.

Contexte

La crise politique et sécuritaire que la République Centrafricaine (RCA) traverse depuis 2013 a entraîné d'importants déplacements de population. Les attaques meurtrières d’hommes armés ont contraint les habitants de plusieurs localités à un départ massif, abandonnant leurs biens de première nécessité et leurs moyens de subsistance.

Par ailleurs, les réfugiés arrivant au Cameroun présentaient une grande détresse psychologique, du fait des atrocités vécues en RDCA mais également du fait du long voyage entrepris pour rejoindre le Cameroun. En 2014 et 2015, CARE a apporté une assistance d'urgence en eau, hygiène et assainissement et en protection et santé mentale auprès des réfugiés centrafricains et de la population d'accueil.

En 2016, CARE s'inscrit dans une démarche de stabilisation de la population avec un appui et un transfert auprès des acteurs locaux.

Objectifs

Le projet vise à renforcer l’autonomisation des populations réfugiées et autochtones dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement et à contribuer à l’amélioration de l'état psychologique et psychosocial des populations réfugiées présentant des difficultés émotionnelles et sociales, dans les régions de l'est du Cameroun et de l'Adamaoua.

Activités

Eau Hygiène et Assainissement :

Eau :

  • Construction et aménagement de points d’eau (construction de 10 forages, aménagement de 4 sources d’eau, construction d’un système d’adduction d’eau par gravité, construction de 15 lagunes…).

  • Suivi de la qualité de l’eau.

  • Soutien pour le développement des capacités (mise en place et formation de comités de gestion des points d’eau).

  • Maintenance de points d’eau (réparations d’environ 70 points d’eau et soufflage de 9 forages, formations d’artisans/réparateurs).

Assainissement :

  • Construction et réhabilitation de latrines, de douches et de systèmes d’évacuation des eaux usées (884 douches et latrines familiales et semi familiales construites, 170 douches et latrines familiales réhabilitées, mise en place de 75 systèmes de lave-main…).

  • Maintenance de la gestion de déchets et de la lessive (construction de 49 fosses à ordure, construction de 11 aires de lavage, construction de 2 blocs de latrines dans 2 écoles…).

Hygiène :

Sensibilisation et renforcement des pratiquesd’hygiène et environnementales (distribution de kits d’hygiène sur 4 sites, séances de sensibilisation sur chaque site).

Protection et santé mentale :

Assistance psychologique pour des personnes ayant des besoins spéciaux

  • Formation de 13 relais communautaires permettant d’identifier les personnes ayant des besoins en santé mentale ou soutien psychosocial.

  • Sensibilisation de 25000 personnes sur les problématiques de santé mentale et soutien psychosocial.

  • Référencement des personnes présentant des difficultés psychosociales et orientation vers les structures adaptées (services de CARE et structures de santé existantes).

  • 1800 consultations de premiers soins psychologiques assurées dans les communautés et prise en charge des personnes ayant des besoins spécifiques en santé mentale et soutien psychosocial.

  • Soins spécialisés pour les personnes présentant des troubles psychiatriques.

  • Développement d’activités psychosociales spécialisées pour au moins 500 hommes, femmes et enfants ayant des besoins spécifiques (groupes thérapeutiques, causeries éducatives, etc.).

  • Formations de 14 commis de pharmacie et de 10 responsables régionaux des délégations sanitaires, dans un objectif de transfert des compétences.