Bangladesh

Bangladesh : Education et formation des enfants travailleurs

Fiche projet

Début : mai 2011
Fin : juin 2014
Localisation : dans la capitale Dhaka
Budget : 508 103 euros
Partenaires locaux : les associations Dustha Shastha Kendra (DSK) et Dhaka Ahsania Mission (DAM), l'Organisation internationale du Travail, Unicef et des élus locaux
Financé par : SGCIB (289 103 €) ; LILAC (219 000 €) / Société Générale
Bénéficiaires : 4200 enfants bénéficient directement de ce programme qui a aussi des conséquences positives pour les parents, les animateurs des centres de ressources et les membres de la communauté impliqués dans les différentes activités.

Phase II

Phase I du Projet : Education et formation des enfants travailleurs

Contexte

Avec 40 % de sa population vivant au dessous du seuil de pauvreté, le Bangladesh est un pays où le nombre d'enfants qui travaillent connaît une croissance permanente.18 % des enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent [1] (soit environ 7,9 millions d'enfants) pour subvenir aux besoins de leur famille.
Ils sont majoritairement employés dans des secteurs dangereux tels que la construction, l'industrie textile, le tri des déchets, etc.
Les jeunes filles quant à elles sont souvent employées comme femmes de ménage où elles sont vulnérables à différents types d'abus. Ces enfants vivent au jour le jour et sans éducation, leurs perspectives d'avenir sont plus que réduites.

L'élimination de ce problème nécessite une stratégie intégrale combinant l'accès à la scolarisation, l'apport d'une éducation de qualité, l'application stricte de la législation sur le travail des enfants et la sensibilisation des parents et employeurs.

Objectifs

  • Permettre l'accès des enfants qui travaillent à l'éducation et à la formation professionnelle afin de faciliter leur intégration dans l'économie formelle et de lutter contre l'extrême pauvreté.

Activités

  • Permettre à 400 enfants d'accéder à l'école maternelle ;
  • Apporter à 1 000 enfants une éducation de qualité et renforcer leur compétences en calculs, lecture et écriture ;
  • Renforcer les capacités des enfants en communication et négociation. Renforcer leur estime et confiance en eux-mêmes ;
  • Ouvrir 10 centres de ressources gérés par les communautés pour 1 500 enfants avec une bibliothèque, des formations continues, des informations sur les droits des enfants et des rencontres sportives et culturelles ;
  • Organiser des rencontres entre les différents acteurs sur le terrain (institutions, entreprises et ONG) pour renforcer leur coordination dans la lutte contre le travail des enfants ;
  • Ouvrir 2 centres de formation professionnelle au sein des communautés ;
  • Mettre en place des cursus de formation professionnelle pour apprendre des métiers tels qu'électricien, couturier, vendeur ou artisan...

[1] Chiffres de 2008 du Bureau des statistiques du Bangladesh