Cameroun

Cameroun : Prise en charge de l'eau et de la santé par les mairies

Fiche projet

Début : octobre 2012
Fin : mars 2015
Localisation : Régions Nord et Extrême Nord
Budget : 994 102 €
Partenaires locaux : Association Gaïnako Djamou du Sahel (AGADJAS), Union des Organismes d'Appui au Développement Durable (UNOADD), Association Camerounaise des Consommateurs de l'Eau (AEC) et les 6 mairies concernées.
Financé par : EuropeAid / BNP Paribas /
Bénéficiaires : les 790 000 habitants des 6 communes concernées

CARE accompagne le processus de décentralisation au Cameroun. CARE soutient 6 communes dans la mise en place d'espaces de concertation des communautés autour des questions de l'approvisionnement en eau et de l'utilisation des services de santé. Des systèmes d'alerte précoce doivent également permettre d'atténuer l'impact des crises hydriques et sanitaires dans 2 communes pilotes.

Contexte

Au Cameroun, près de 80% des habitants n'ont pas un accès à l'eau potable. Une attention particulière doit être portée sur les régions du Nord et de l'Extrême-Nord où la majeure partie de la population s'approvisionne dans des cours d'eau, puits et sources non-protégés.

CARE propose une action innovante d'appui à la décentralisation à 6 communes du Nord et de l'extrême Nord du Cameroun. CARE participe ainsi au processus initié par le gouvernement du Cameroun pour un transfert progressif des compétences vers les collectivités territoriales décentralisées.

Le projet de CARE met en place des espaces de concertation autour des questions de l'approvisionnement en eau et de l'utilisation des services de santé (en particulier santé maternelle et infantile) pour créer un échange entre autorités locales, acteurs non étatiques, entités sanitaires et communautés. Une réponse durable est ainsi apportée pour soulager le quotidien des communautés.

Ce projet participe à réduire le nombre de personnes n'ayant pas accès à l'eau potable ni à des services d'assainissement de base (Objectif du Millénaire pour le Développement n°7).

Objectif

  • Accroître les moyens d'action des mairies en termes d'accès à l'eau et de santé, via une gestion décentralisée, afin d'augmenter l'accès à l'eau des populations et leur résilience.

Activités

Appui à la décentralisation et à la gouvernance

  • Former les maires, conseillers communaux et personnels techniques afin qu'ils développent des initiatives locales basées sur un diagnostic participatif.
  • Renforcer les compétences des services techniques des mairies.
  • Créer une commission communale Eau/Santé.
  • Renforcer les capacités des différents comités de santé et gestion de l'eau dans leur rôle d'instances de dialogue entre les autorités locales et les communautés utilisatrices.
  • Mettre en œuvre des plateformes d'échange intercommunales par région sur l'approche participative.
  • Favoriser un échange avec les municipalités d'autres pays africains (notamment le Bénin et le Mali) sur la question de la gestion municipale, du développement économique et social et des actions relatives à l'eau et à la santé.

Qualité des services de santé, eau et assainissement

  • Construire 12 nouveaux forages (2 par commune) et réhabiliter 60 forages en panne.
  • Créer des comités de point d'eau pour assurer la maintenance des forages.

Prévention et gestion des risques de crises hydriques et sanitaires

  • Sensibiliser les mairies et les communautés à la prévention et gestion des risques liés à l'eau et à la santé.
  • Mettre en place des systèmes communautaires d'alerte précoce en définissant des indicateurs d'alerte des risques de crises hydriques et sanitaires (choléra, diarrhée, méningite) et formant des animateurs dans 2 communes pilotes.