Madagascar

Madagascar : Renforcement des capacités de stratégie en réduction des risques des catastrophes (DIPECHO 4)

Fiche projet

Début : avril 2014
Fin : décembre 2015
Localisation : Madagascar, régions de Sava, Analanjirofo et Atsinanana
Budget : 1 428 429 €
Partenaires locaux : Office National de la Nutrition, Services de Santé de District, Directions Régionales de Développement Rural, Croix Rouge Malagasy
Financé par : ECHO : Direction générale de l'aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (1 214 164€)
Bénéficiaires : 136 930 individus répartis dans les 3 zones d'intervention, à la fois individus et acteurs membre de structures locales. Les femmes et les jeunes seront particulièrement ciblés et les activités seront adaptées à leurs besoins.

Quatrième phase du programme DIPECHO de préparation aux catastrophes de la Direction générale de l'aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO).
Les améliorations à apporter par rapport aux précédents DIPECHO sont particulièrement axées sur le renforcement de capacité organisationnelle des comités de Gestion des Risques de Catastrophe (GRC), sur la sécurité alimentaire et sur les moyens de subsistance des populations. La pérennisation des structures mises en place au cours des trois précédentes phases sera l'une des préoccupations majeures de ce projet.

Contexte

Madagascar est l'un des pays les plus pauvres au monde (151ème rang sur 187 du classement de l'Indice de Développement Humain) ainsi que l'un de ceux qui sont les plus fréquemment soumis à des catastrophes. Le pays a été identifié par ECHO comme un pays à haut risque en la matière.

Les catastrophes sont variées et touchent la plupart des régions du pays. Les cyclones, qui engendrent vents dévastateurs et inondations, sont fréquents sur toute la côte Est. Les inondations, provoquées par les cyclones et tempêtes ou par des périodes de pluies tropicales persistantes, peuvent se produire n'importe où dans le pays. Ces évènements ne sont que rarement de très grande envergure, mais sont suffisamment graves et répétés pour perturber de manière chronique le développement de l'économie rurale.

Le projet vise à renforcer la résilience des communautés face aux catastrophes naturelles avec une meilleure adaptation au changement climatique. Il adopte l'approche multirisque visant à traiter d'une manière intégrée la réduction des risques de catastrophes. Le projet priorise des zones à haut risque de vulnérabilité, en ciblant des communes sur le littoral Est, à fortes densités de population afin de maximiser la consolidation, la réplicabilité et la mise à l'échelle des bonnes pratiques tirées des trois précédents cycles DIPECHO.

Seront également menées des activités de santé, en vue d'une meilleure prise en compte de la réduction des risques sanitaires. Dans ce contexte, Médecins du Monde s'associera ainsi à CARE.

Objectifs

Objectif principal : Contribuer au processus de développement durable dans les zones les plus exposées aux aléas naturels en renforçant la résilience des communautés selon une approche multisectorielle et intégrée.

Objectif spécifique : Doter les communautés vulnérables localisées dans les zones à risques de capacités résilientes stables grâce à la consolidation des acquis des trois phases précédentes du projet DIPECHO et au développement d'activités novatrices.

Activités

Résultat 1 : Renforcer la capacité d'autonomie de réponses aux risques des catastrophes naturelles des structures et des communautés locales dans un environnement institutionnel propice

  • Renforcer les capacités techniques et organisationnelles des comités de Gestion des risques de catastrophe locaux pour une meilleure proactivité face aux risques des catastrophes.
  • Assister les acteurs locaux (comités locaux, organisations des jeunes et établissements scolaires) dans l'organisation de campagnes d'éducation et de communication sur la réduction des risques de catastrophes et son lien avec le changement climatique.
  • Appuyer la communauté locale à la réalisation d'infrastructures de protection tout en dispensant des formations techniques en entretien aux Comités.
  • Appuyer les groupements d'AVEC (association villageoises d'épargne et de crédit) existants à promouvoir la pratique de la mutuelle et de l'épargne villageois pour prémunir les femmes d'un moyen d'accès aux différents services de proximités et besoins vitaux.

Résultat 2 : Permettre aux communautés de maintenir un niveau de sécurité alimentaire stable par l'adoption de techniques agricoles adaptées aux contraintes climatiques et une meilleure gestion de leurs ressources

  • Appuyer les comités dans la mise en place de micro-unités de formation sur la transformation des produits agricoles dans les sites suivis par les Agents Communautaires de Nutrition (ACN) des sites de l'Office National de la Nutrition.
  • Appuyer les paysans et les Agents Communautaires de Nutrition dans la mise en pratique de techniques de diversification de cultures adaptées aux contraintes climatiques.

Résultat 3 : Permettre aux acteurs de soins, renforcés et actifs au sein des comités Gestion des risques de catastrophe, sont aptes à faire face aux risques sanitaires engendrés par les catastrophes naturelles

  • Former, équiper, en collaboration avec la Croix Rouge Malagasy, un réseau de secouristes et le mettre en lien avec les centres de santé de base.
  • Réhabiliter des structures de soin et former les comités santé à l'entretien et la maintenance.
  • Renforcer les acteurs des structures de soin dans la gestion des intrants (médicaments, consommables).
  • Former et équiper/renforcer les équipes d'urgences au niveau des Services du District de Santé Publique.
  • Renforcer les liens et faciliter la coordination entre les acteurs de soins et leurs collègues dans le cadre de la Réduction de Risque de Catastrophes.

Résultat 4 : Permettre aux partenaires de DIPECHO de consolider et de dupliquer les acquis des trois phases de précédentes pour un meilleur impact au niveau communautaire via un mécanisme et un espace d'échanges

  • Élaborer un document cadre de mise en œuvre des activités multisectorielles (mode opératoire, responsabilités, apports de chaque intervenant, système de coordination).
  • Développer le système DM&E (Design, Monitoring and Evaluation) pour une meilleure interaction des interventions des partenaires DIPECHO.
  • Appuyer les partenaires du projet et les représentants du gouvernement (Bureau National des Gestion des Risques et du Cellule de Prévention et de Gestion des Urgences) organiser des carrefours des expériences, ainsi que des visites d'échanges inter communautaires (autorités locales et groupements).