Madagascar

Madagascar : renforcement des capacités des populations face aux risques de catastrophes naturelles (DIPECHO V)

Fiche projet

Début : avril 2017
Fin : décembre 2018
Localisation : Districts de Brickaville, Vatomandry et Mahanoro, région Atsinanana, côte Est de Madagascar
Budget : 1 176 470 €
Partenaires locaux : Handicap International
Financé par : ECHO
Bénéficiaires : 275 364  personnes vulnérables, en ciblant particulièrement les enfants, les femmes, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite

Les populations de la côte Est de Madagascar font face à des aléas climatiques récurrents : inondations et cyclones. La cinquième phase du projet DIPECHO vise à renforcer les capacités des populations les plus vulnérables face aux risques de catastrophes naturelles. En lien avec les autorités locales, CARE met en place des mécanismes intégrant tous les membres des communautés, dont les personnes handicapées. Ensemble, nous définissons des stratégies de réponses aux catastrophes.

Contexte

Les populations de la côte Est de Madagascar font face à des aléas climatiques récurrents : inondations et cyclones. Giovanna, l’un des derniers cyclones tropicaux à avoir frappé Madagascar, a affecté plus de 250 000 personnes et tué plus d’une trentaine de personnes. Ces catastrophes naturelles ont des conséquences importantes sur la santé, la sécurité alimentaire et économique, ainsi que le bien-être des populations exposées.

Depuis 2008, le projet DIPECHO sensibilise les communautés à haut risque à l’importance de se préparer aux catastrophes. CARE les aide à renforcer leurs capacités de gestion et réduction des risques. Les quatre premières phases du projet ont permis aux communautés ciblées d’acquérir des connaissances pratiques. Cette nouvelle phase, qui intègre en partie de nouvelles communautés, se concentrera sur le développement et la mise en place d’outils de réponse pour répondre aux besoins des populations les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées.

Objectifs

  • Objectif général : Contribuer au développement d'un mécanisme inclusif et intégré pour réduire les risques de catastrophes à Madagascar.
  • Objectif spécifique : Renforcer les capacités des communautés et des institutions en réduction des risques de catastrophes intégrant une approche inclusive, sensible au genre et multirisque dans trois districts de la côte Est de Madagascar.

Activités

Résultat 1 : les autorités locales disposent des connaissances et compétences nécessaires pour la mise en œuvre des différents mécanismes et outils en vue de réduire les risques de catastrophes.

  • Mener des analyses inclusives de risques et de vulnérabilité, avec la participation de tous les groupes de la communauté.
  • Réaliser des études sur les systèmes d’alerte précoce existants mis en place par CARE.
  • Mettre en œuvre des plans de réduction de risques de catastrophes et renforcer les capacités des groupes les plus vulnérables. Pour cela, CARE va soutenir les comités de gestion de risques de catastrophes en adaptant les outils d’analyses de risques et de vulnérabilité, notamment en y intégrant les personnes handicapées. Les plans de préparation de réponse aux urgences seront actualisés et des exercices de simulation seront organisés.
  • Mettre en place et/ou renforcer les organisations de réduction des risques de catastrophes au niveau des districts en vue de leur pérennisation.
  • Appuyer les structures territoriales dans la réalisation de l'exercice de simulation (SIMEX) pour préparer les populations à faire face aux risques de catastrophes.  

Résultat 2 : les communautés, en particulier les groupes les plus vulnérables, sont plus résilients grâce à un mécanisme de protection sociale (sécurité de revenus et accès aux services sociaux de base).

  • Mettre en place ou redynamiser les associations villageoises d'épargne et de crédit (AVEC).     
  • Conduire une étude sur le mécanisme de transfert monétaire pour les groupes les plus vulnérables en cas de catastrophes et mettre en place un mécanisme adapté.  
  • Travailler avec les responsables de l'éducation, afin que les écoles soient intégrées dans les stratégies et plans de préparation aux catastrophes
  • Sensibiliser les enfants au niveau des établissements scolaires publics.

Résultat 3 : des interventions d’urgence sont mises en place dans les zones affectées par une catastrophe tout le long de la côte Est

  • Former les équipes locales de CARE et Handicap International sur les techniques de réduction des risques de catastrophes inclusives et les réponses d'urgence.
  • Etablir un partenariat avec l’autorité nationale, le bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), et les acteurs privés de gestion des risques et catastrophes pour répondre aux urgences au sein des quatre régions sur la côte Est.   
  • Déployer les équipes de CARE et Handicap International en cas d'urgence.

Résultat 4 : les outils méthodologiques en réduction des risques de catastrophes développés sont disponibles pour tous les intervenants

  • Former les acteurs de la réduction des risques de catastrophes sur l'inclusion, l'accessibilité à l'information pour tous, surtout pour les groupes vulnérables.     
  • Inventorier les outils d’information, d’éducation et de communication existants
  • Documenter et partager les bonnes pratiques identifiées et adapter les outils de l'action pour qu'ils soient accessibles accessible à tous.
  • Renforcer du système d'information au niveau du BNGRC pour que ces outils soient disponibles à tous.