Mali

Mali : « Education et formation des filles marginalisées » phase II

Fiche projet

Début : juillet 2011
Fin : juin 2014
Localisation : dans 3 communes : Timiniri *
Budget : 250 000 €
Partenaires locaux : L'Institut d'Education Populaire, l'Association pour la Promotion des Aides Familiales et de l'Enfance (APAF-MUSO DAMBE), GAAS-Mali, La Fondation Stromme à travers l'organisation non gouvernementale ODES Mali.
Financé par : Société Générale Corporate Investment Banking (SG-CIB) / Société Générale
Bénéficiaires : 850 enfants âgés de 8 à 15 ans (en majorité des filles) et 1 000 femmes

Découvrir la phase I du projet :

Contexte

Le Mali est l'un des plus grands pays du continent africain et l'un des plus pauvres. La population malienne est estimée à 14,5 millions d'habitants[1].L'extrême pauvreté a d'importants effets sur le système éducatif qui n'arrive pas à inscrire, retenir et former même la moitié de tous les enfants qui commencent l'école primaire[2]. L'accès aux services d'éducation de base est limité dans la majeure partie du pays. Les connaissances et les pratiques en matière d'éducation restent très faibles, conduisant à de taux très élevés d'enfants non scolarisés et déscolarisés. Le taux net de scolarisation au primaire était seulement de 56,6 % en 2005-2006.

Les causes sont principalement d'ordre économique, dues aux insuffisances d'infrastructures éducatives et à la mauvaise qualité de l'enseignement. Il y a aussi un aspect socioculturel, lié à la valeur de la fille/femme, aux mariages forcés et/ou précoces.
Les femmes ne s'intègrent pas dans les activités économiques de la communauté.

CARE propose donc une approche innovatrice pour l'éducation des filles de 8 à 15 ans non scolarisées.

Objectifs

  • Donner une opportunité aux enfants marginalisés, en particularité aux filles, d'aller dans des écoles qui leur permettront de s'insérer dans le système éducatif.
  • De plus, intégrer les femmes de la zone dans l'économie de leur communauté.

Activités

  • Informer et sensibiliser les acteurs (parents/communautés) sur la valeur de l'éducation ;
  • Construire une école dans une commune rurale (1 école avec 3 salles de classes et bloc latrines);
  • Contribuer à la prise en charge des animateurs de centres ;
  • Encourager le tutorat dans les structures éducatives partenaires ;
  • Appuyer l'organisation de cours de rattrapage pour les filles ;
  • Accompagner la création et la mise en réseau des groupements d'épargne-crédit villageoise pour intégrer les femmes dans les activités économiques.

Localisation

 * dans 3 communes (district 5 de Bamako, Barassara et Timiniri, région de Mopti)

[1] Source: résultats provisoires du 4e recensement Général de la Population et de l'Habitat du Mali- 2009 INSAT.
[2] Taux d'achèvement au niveau du primaire : 40 pour cent; taux de redoublement : plus de 24 pour cent.