Pérou

Pérou : Promouvoir la culture des céréales traditionnelles afin d'améliorer la résilience au changement climatique

Fiche projet

Début : octobre 2012
Fin : septembre 2014
Localisation : 8 villages de la région du sous-bassin du fleuve Huancayo, Junín, Pérou
Budget : 180 000 €
Partenaires locaux : INIA (Institut National de Recherche Agraire) / AGRORURAL (Projet pour le développement de la production agraire rurale) / Gouvernement régional de Junin / Municipalité de Huancayo et el Tambo / Direction provinciale de Huancayo
Financé par : AXA
Bénéficiaires : 13 970 personnes (300 producteurs vulnérables dont 25% des femmes ayant une famille à charge et les habitants du sous-bassin du fleuve Shullcas)

Améliorer la résilience au changement climatique des communautés les plus vulnérables grâce à la promotion des cultures traditionnelles de pommes de terre et quinoa dans la région de Huancayo (Andes).

Contexte

Les effets du changement climatique dans la région de Shullcas

Les effets du changement climatique dans la région de Shullcas prennent diverses formes dont des épisodes de gel de plus en plus fréquents et une fonte des glaciers accélérée responsable entre autres d'une plus grande rareté de l'eau.
En effet, selon certaines prévisions, le Glacier Huaytapallana qui approvisionne 40 % de la nappe phréatique souterraine (les 60 % restant proviennent des précipitations) devrait disparaître d'ici 2030. Cela menace l'accès à l'eau et augmente la vulnérabilité des personnes les plus pauvres qui n'ont aucune autre opportunité de diversifier leurs activités et de réduire les risques.

Ces changements, ajoutés à la croissance de la population et à la pression exercée sur les ressources en eau, risquent de devenir un problème majeur dans les années à venir.

Un niveau d'insécurité alimentaire et nutritionnelle élevé

La région présente aussi un niveau d'insécurité alimentaire et nutritionnelle élevé. Or, cette situation pourrait également être améliorée grâce aux céréales traditionnelles.

Outre leur meilleure adaptation aux impacts du changement climatique, les céréales traditionnelles présentent des caractéristiques nutritionnelles intéressantes. Le quinoa, la cañihua et le kiwicha contiennent toutes trois fois plus de protéines que le riz, le blé ou l'avoine ainsi que huit acides aminés essentiels pour le régime alimentaire de l'être humain. Le quinoa contient également un taux plus important de minéraux essentiels, de lipides, d'antioxydants et de vitamines, et ne contient pas de gluten. Une portion de ces produits est donc plus riche et peuvent contribuer à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Objectifs

Objectif général : renforcer la sécurité alimentaire et améliorer la résilience des populations les plus vulnérables face aux impacts du changement climatique.

Objectif spécifique : promouvoir la culture des variétés de pomme de terre native et quinoa des Andes et les techniques d'agriculture durable afin de renforcer la résilience des populations les plus vulnérables face au changement climatique.

Activités

Résultat 1 : Favoriser une meilleure connaissance (technique et traditionnelle) sur les cultures indigènes des Andes adaptées au changement climatique et faciliter le recours et l'accès à la biodiversité agricole.

  • Sélectionner des espèces natives des hautes Andes adaptées au changement climatique.
  • Collecter des informations sur les savoirs locaux des producteurs.
  • Valider in-situ des capacités d'adaptation des cultures sélectionnées grâce à des tests sur les parcelles.

Résultat 2 : Mettre en place de pratiques agricoles durables et adaptées aux systèmes de production des hauts plateaux andins par les agriculteurs, et en particulier les femmes agricultrices vivant dans la région du sous-bassin du fleuve Shullcas.

  • Sélectionner et identifier de producteurs et des zones de production pouvant bénéficier du projet.
  • Elaborer un plan de production agricole par village
  • Renforcer les capacités techniques des producteurs pour la culture des variétés agricoles sélectionnées (visites croisées de formation inter-agriculteurs, formation technique, gestion durable...)
  • Appuyer un contrôle des nuisibles ou des maladies.

Résultat 3 : Regrouper des petits producteurs agricoles en organisations afin de leur permettre d'écouler une part de plus en plus importante de leur production sur les marchés régionaux et nationaux.

  • Préparer et diffuser des études de marché pour les espèces agricoles sélectionnées.
  • Mettre en place des organisations de petits producteurs pour la récolte et la commercialisation.
  • Mettre en place des alliances publiques-privées pour la commercialisation.
  • Organiser des salons régionaux et nationaux en partenariat avec les gouvernements régionaux et locaux de Junín.
  • Elaborer des supports de communication pour les bénéficiaires du projet et pour diffusion externe.
Ce projet fait partie du programme WHERE THE RAIN FALLS

CARE et l'Université des Nations Unies ont lancé, en 2011, une étude qui analyse les interactions entre variabilité des précipitations, sécurité alimentaire et déplacements de populations dans huit pays : d'Asie (Bangladesh, Inde, Thaïlande, Vietnam), d'Afrique (Ghana, Tanzanie) et d'Amérique Latine (Guatemala, Pérou).

Suite aux conclusions de cette étude, CARE développe des actions d'adaptation au changement climatique. Elles impliquent la participation des communautés au Bangladesh, Inde, Pérou, Tanzanie et Thaïlande.

Découvrir notre projet au Bangladesh : Programme d'Adaptation à Base Communautaire

Découvrir notre action en Inde : Améliorer l'accès à l'eau

Découvrir notre action en Thaïlande : Renforcer des systèmes de gestion de l'eau pour les rizières et les zones agricoles intégrées

Découvrir notre action en Tanzanie : Renforcer la résilience des femmes face au changement climatique.