Tchad

Tchad. Projet d'autonomisation et d'intégration des retournés tchadiens au sud du Tchad (ECHO PAIR)

Fiche projet

Début : juin 2017
Fin : mai 2019
Localisation : Sites de retournés de Danamadja et Kobiteye ainsi que les villages environnants, région du Logone Oriental
Budget : 2 000 000 €
Financé par : ECHO
Bénéficiaires : 18 000 personnes

Ce projet contribue à l’intégration socio-économique des retournés tchadiens de RCA et des populations hôtes par le développement d’activités génératrices de revenus et la protection des ressources naturelles.

Contexte

À la suite des violences en République centrafricaine, le Tchad accueille environ 100 000 réfugiés centrafricains et 75 000 rapatriés tchadiens. En raison des déficits de financement humanitaire, l'assistance se réduit et la plupart des programmes se concentrent uniquement sur les réfugiés.

Or, sans revenus, les rapatriés luttent pour couvrir leurs besoins les plus élémentaires et s'intégrer dans un pays qu'ils n'ont, pour beaucoup, jamais connu.  

Objectif

Promouvoir un environnement favorable à l'intégration socio-économique des retournés et de la population hôte.

Activités

  • Favoriser l'insertion des retournés et des populations hôtes dans le tissu socio-économique par des formations professionnelles, la mise en place d’association d’épargne et de crédit, le développement d'activités génératrices de revenus telles que l'élevage des petits ruminants et le maraîchage.
  • Contribuer à la mise en place d’un environnement pacifié pour éviter tout risque de tensions dû à une pression accrue sur des ressources. Cela passe par la cartographie de l'occupation du territoire, notamment des terres agricoles. Des dispositifs communautaires de gestion de conflits et des couloirs de transhumance sont développés. Les résultats de ces processus participatifs serviront de base pour des actions de prévention et gestion pacifique des conflits. 
  • Contribuer à la conservation et à la protection de l'environnement afin de lutter contre la déforestation qui s'est intensifiée avec l'arrivée des réfugiés et retournés. Cela passe par la mise en place de bonnes pratiques : vulgarisation des foyers améliorés, activités de reboisement et de mise en place des forêts communautaires, protection de la biodiversité et des berges du fleuve.