Tchad

Tchad : Renforcer la cohésion et améliorer les conditions de vie des populations hôtes et réfugiées

Fiche projet

Début : juin 2011
Fin : juillet 2013
Localisation : Sud ouest du Tchad
Budget : 633 900 €
Financé par : L'Agence Française de Développement (AFD)
Bénéficiaires : 27 000 personnes parmi les populations hôtes et réfugiées sont concernées

Contexte

Plus de 64 000 Centrafricains ont été chassés de leur pays par l'insécurité et se sont réfugiés dans le sud ouest du Tchad. Compte tenu des perspectives de retour faibles, une partie de ces réfugiés se sont installés dans les villages situés à la périphérie des camps.

Cette situation est source de tension entre les réfugiés et les populations hôtes :

  • les populations hôtes constatent que les réfugiés dans les camps d'accueil bénéficient d'une attention et de services de base dont elles sont elles-mêmes largement privées.
  • lorsque des réfugiés quittent les camps pour s'installer en ville, ils exercent une pression sur les ressources naturelles et les rares équipements publics existants dans la région.

Objectifs

Objectifs généraux :

  • Améliorer la couverture des besoins en eau, hygiène et assainissement des populations réfugiées centrafricaines et des populations hôtes tchadiennes ;
  • Améliorer la cohabitation pacifique entre les populations réfugiées centrafricaines et les populations hôtes tchadiennes.

Objectifs spécifiques :

  • Appuyer l'intégration locale des réfugiés centrafricains par le renforcement des capacités des comités de gestion des points d'eau et assainissement ainsi que par la bonne gestion et maintenance des ouvrages ;
  • Renforcer la cohésion sociale entre les populations réfugiées et autochtones dans le département d'opération.

Activités

  • Réhabilitation de 10 puits ouverts et réalisation de 18 forages de puits d'eau potable équipés de pompes à motricité humaine, afin d'améliorer la disponibilité en eau potable ;
  • Renforcement des mécanismes de gestion des infrastructures sanitaires grâce à la construction de 10 blocs sanitaires (latrines et douches) dans les lieux publics, la création et la redynamisation de 10 comités d'hygiène et assainissement ainsi que la formation d'artisans réparateurs locaux à la maintenance des ouvrages.