Thaïlande

Where The Rain Falls II - Adaptation au changement climatique dans le nord de la Thaïlande

Fiche projet

Début : janvier 2014
Fin : décembre 2016
Localisation : 21 villages au sein de 6 districts situés dans les provinces de Chiang Mai et Nan.
Budget : 525 000€
Partenaires locaux : Agence de développement de la géo-informatique et des techniques spatiales (GISTDA), Institut d'hydro et agro informatique (HAII), Centre des Peuples et Forêts (RECOFTC), Service de contrôle de qualité environnementale, Région 10.
Financé par : AXA
Bénéficiaires : 1 165 ménages

Le projet Where The Rain Falls II se déroule dans le nord de la Thaïlande, dans les régions montagneuses de Chiang Mai et Nan. Le revenu des habitants de cette zone est particulièrement bas, comparativement à la moyenne nationale. Ce projet permet aux communautés d'améliorer leur résilience face au changement climatique en développant un système d'agriculture durable et tenant compte des risques climatiques.

Contexte

Dans les régions montagneuses de Chiang Mai et Nan du nord de la Thaïlande, le revenu des habitants est particulièrement bas, comparativement à la moyenne nationale. En 2013, le revenu moyen annuel dans le district d'Om Koi était de 29,198 THB/personne (730 EUR), soit moins de la moitié de la moyenne nationale (64,977 THB/personne).

La première phase du projet Where The Rain Falls I (2011-2014), menée en partenariat avec l'Université des Nations Unies, a permis de réaliserune étude sur les liens entre changement climatique, migrations et sécurité alimentaire dans cette zone. Les recherches ont révélé que certaines des principales causes de l'insécurité alimentaire dans cette zone affectée sont la variabilité accrue des pluies et la mauvaise gestion de l'eau. Par exemple, en 2013, la baisse de la production de riz dans le district de Mae Chaem a été causée par les fortes pluies, tandis qu'un retard et un manque de précipitations a mené à la perte de la moitié de la récolte de riz dans le district de Kallayaniwattana.

Ces épisodes climatiques compromettant les récoltes sont de plus en plus fréquents. Ainsi, cette étude a conduit à la mise en place de premières mesures d'adaptation au sein de 7 communautés en 2013 et 2014. Ces mesures ont permis de mettre en place des systèmes communautaires de gestion des eaux efficaces et résilients et d'améliorer les systèmes d'irrigation. Le projet a été conçu pour favoriser la participation active des communautés locales, des gouvernements locaux, de la société civile et des agences gouvernementales.

Stratégie d'intervention

Dans la continuité, une nouvelle phase du projet a été lancée en 2014. CARE Thaïlande travaillera avec les 7 villages ciblés lors de la première phase ainsi qu'avec 14 autres localités, toujours en étroite collaboration avec le gouvernement, l'administration locale et les ONGs, pour accroitre le partage de connaissances, la coordination et l'amélioration de l'aide publique. Au cours de cette phase, les efforts sont intensifiés, et ciblent particulièrement les dimensions suivantes:

  • La promotion de stratégies agricoles, notamment, pour renforcer la résilience des populations et « optimiser » l'usage de l'eau;
  • La promotion de stratégies de réduction des risques de catastrophes pour les personnes vulnérables grâce à l'utilisation des informations climatiques ;
  • L'amélioration des systèmes d'irrigation.

Le projet mettra aussi l'accent sur l'égalité de genre et l'autonomisation des femmes puisque ces dernières participent actuellement peu à la gouvernance locale. En effet, alors que les femmes sont responsables de certains travaux agricoles, la plupart des membres des comités locaux de gestion des ressources naturelles organes de prise de décision et gestion communautaire sont des hommes.

Objectifs

Objectif général : Les communautés vivant dans les régions montagneuses du Nord de la Thaïlande améliorent leur résilience face au changement climatique. Elles développent un système d'agriculture durable et tenant compte des risques climatiques et ce, en concertation avec les autorités locales et les agences gouvernementales.

Objectifs spécifiques :

1) Dans trois ans, les agriculteurs des 5 districts d'intervention auront développé leurs connaissances sur « l'agriculture intelligente face au climat » et appliqueront ces nouvelles techniques pour être plus résilients.

2) Les autorités locales et les organisations de la société civile des 5 districts intègrent l'adaptation au changement climatique au cœur de leurs stratégies et plans de développement.

Activités

Résultat 1 : 15 communautés améliorent significativement leurs activités d'adaptation climatique. Afin d'améliorer leurs moyens de subsistance, les ménages et les communautés intègrent les informations liées au changement climatique dans leurs stratégies d'adaptation et de réduction des risques de catastrophes.

Activités :

  • Renforcement des capacités des agriculteurs (hommes et femmes) sur les pratiques agricoles adaptées aux changements climatiques.
  • Accompagnement des agriculteurs dans la mise en place de ces pratiques et de systèmes de gestion de l'eau améliorés (au niveau du bassin versant et de ses parcelles).
  • Publication d'un guide et d'un manuel de renseignements sur ces techniques.
  • Renforcement des capacités des de la société civile quant à l'utilisation des informations climatiques pour réduire les risques de catastrophes et l'incidence des aléas climatiques sur les ménages.
  • Mise en place de centres d'apprentissage sur les stratégies d'adaptation.

Résultat 2 : Les autorités locales ont de meilleures connaissances pour intégrer l'adaptation au changement climatique à leur planification. Les autorités locales et les agences gouvernementales sont capables de prendre de meilleures décisions et de mettre en place des projets de développement adaptés aux particularités climatiques des régions d'intervention. Pour ce faire, ils disposent des résultats des analyses communautaires de vulnérabilité au changement climatique et des autres études sur le climat réalisées dans le cadre du projet.

Activités :

  • Animation d'ateliers destinés à l'administration locale, aux agences gouvernementales et aux organisations de la société civile portant sur la manière d'intégrer l'adaptation aux changements climatiques(ACC) et la réduction des risques de catastrophes (RCC) dans la planification et la budgétisation locale.
  • Développement d'informations liées au climat/centres d'apprentissage et points focaux sur l'adaptation aux changements climatiques dans les sous-districts.
  • Réunion de coordination pour la gestion et la planification de la RRC et de l'ACC dans les sous-districts.
  • Forums de dialogue et réunion de coordination au niveau local et national portant sur les stratégies d'ACC et les moyens de subsistance résistants face au changement climatique.
  • Cartographie des villages et atelier de visualisation de l'avenir, réalisée en concertation avec toutes les parties prenantes.