Fiche projet

Début : janvier 2011
Fin : décembre 2014
Localisation : Phase de recherche : Guatemala, Pérou, Tanzanie, Ghana, Inde, Thaïlande, Vietnam, Bangladesh / Phase Adaptation : Pérou, Tanzanie, Inde, Thaïlande, Bangladesh
Financé par : Fondation McArthur / AXA
Bénéficiaires : Inde : 20 villages - 18000 personnes / Tanzanie : 7 villages - 5300 personnes / Pérou : 10 villages - 14000 personnes / Thaïlande : 7 villages - 2500 personnes / Bangladesh : 5 villages - 15000

CARE et l'Université des Nations Unies ont lancé, en 2011, une étude qui analyse les interactions entre variabilité des précipitations, sécurité alimentaire et déplacements de populations dans huit pays d'Asie (Bangladesh, Inde, Thaïlande, Vietnam), d'Afrique (Ghana, Tanzanie) et d'Amérique Latine (Guatemala, Pérou).

Comment les populations adaptent-elles leurs comportements pour gérer les défis du changement climatique et les risques d'insécurité alimentaire ? Quels sont les foyers qui migrent ? Quand migrent-ils ? Où vont-ils ?

L'étude indique que certaines populations sont prises au piège du changement climatique. Il s'agit des populations les plus vulnérables, ne possédant pas de terres, dépendant de l'agriculture, n'ayant pas accès à l'éducation et n'ayant aucune option pour s'adapter aux variations de précipitations.

Si l'étude démontre que les femmes et leur famille se déplacent de plus en plus, les résultats mettent également l'accent sur la vulnérabilité économique et sociale des femmes laissées seules alors que les hommes sont partis pour trouver des revenus complémentaires. Pour CARE, il est donc plus que jamais important d'intégrer la question du genre aux stratégies d'adaptation.

Suite aux conclusions de cette étude, CARE a mis en place des projets d'adaptation au changement climatique avec les communautés d'Inde, de Thaïlande, de Tanzanie, du Bangladesh et du Pérou. Ces projets se déroulent entre 2013 et 2015.

Partenaires principaux : UNU-EHS (Universités des Nations-Unies) ; CIESIN (Université de Columbia)
Autres Contributeurs : co-auteurs des rapports pays provenant des institutions suivantes Center for Global Change - Bangladesh ; University for Development studies - Ghana ; University of Dar es Salaam - Tanzanie ; TERI Inde.

Objectifs

Where The Rain Falls cherche à mieux comprendre :

  • Dans quelles circonstances les foyers ont-ils recours à la migration en tant que stratégie de gestion des risques en réaction à la variabilité croissante des précipitations et à l'insécurité alimentaire ?
  • Dans quels scénarios la variabilité des précipitations ainsi que la sécurité alimentaire peuvent devenir des facteurs importants de migration dans des régions spécifiques du monde au cours des deux ou trois prochaines décennies
  • Quelle combinaison de stratégies peut augmenter la probabilité que les déplacements de population restent un choix parmi une grande palette de mesures destinées à la gestion du risque lié au changement climatique, plutôt qu'une « simple » stratégie de survie une fois que les autres options ont été épuisées ?

Activités

  • Recherche empirique : CARE et UNU ont développé un protocole de recherche commun pour mener cette étude. L'approche retenue pour le projet Rainfalls associe différentes méthodes : enquêtes auprès des ménages, groupes de discussions, entretiens avec des experts et analyse des données pluviométriques. Les données ont été collectées auprès de plus de 1500 ménages dans 3 à 4 villages par pays. Dans chaque pays, un chercheur national, le plus souvent affilié à une université ou un centre de recherche, et un chercheur UNU ont coordonné la recherche et co-écrit le rapport pays. Un rapport de synthèse et d'orientation a ensuite été produit qui présente un résumé des éléments clefs de chaque rapport et propose un cadre d'analyse plus global des relations entre nos 3 variables (Sécurité alimentaire, variabilité pluviométriques et migrations)
  • Modélisation : Le Modèle de Migration des Agents en fonction des Précipitations (MMAP) est conçu pour représenter le degré de vulnérabilité des foyers à la variabilité des régimes de précipitations et aux changements induits dans la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance, et l'impact ultérieur de ces éléments sur la migration des membres du foyer à horizon 2040. Le MMAP a été utilisé dans l'analyse du cas de la Tanzanie. Il propose différents schéma de migration suivant le niveau de variabilité pluviométriques (4 scénarios : sécheresse, forte sécheresse, humidité, humidité extrême).
  • Projets d'adaptation : En partant des résultats de la recherche, il s'agit donc de produire des connaissances pratiques grâce à la mise en œuvre de projets d'adaptation en fonction des communautés (Community-Based Adaptation ou CBA).

Where The Rain Falls : une étude inédite sur le changement climatique

Cartes CIESIN des pays (Université de Colombia)

Where The Rain Falls : Tanzanie