Thaïlande

Thaïlande : Renforcer les systèmes de gestion de l'eau pour les rizières et les zones agricoles intégrées.

Fiche projet

Début : janvier 2013
Fin : septembre 2014
Localisation : 7 villages situés au Nord de la Thaïlande - 2 villages dans la province de Nan (dans les districts de Mae Jarim et Bo Klua) et 5 villages dans la province Chiang Mai (dans les districts de Kanlayaniwatana et Om Koi)
Budget : 190 000 €
Partenaires locaux : Université de Technologie de Rachamangala, la région Nord et l'Université de Technologie King Mongkut's, Thonburi for Royal Project and Academic Services (CC RUTN-KMUT) / GISTDA  (organisme spécialisé en système d'information géographique (SIG)
Financé par : AXA
Bénéficiaires : 2423 personnes*

Projet d'adaptation à base communautaire pour renforcer des systèmes de gestion de l'eau pour les rizières et les zones agricoles intégrées pour faire face au changement climatique en Thaïlande du Nord.

Contexte

La deuxième phase du projet Where The Rain Falls fait suite à une première phase (août - novembre 2011) de recherche empirique sur la relation entre changement climatique, sécurité alimentaire et migration, et d'analyse de vulnérabilité et de capacité d'adaptation afin de sensibiliser les représentants de la communauté des hautes terres dans le Nord de la Thaïlande et de faciliter la compréhension de l'impact des événements climatiques et des variations des précipitations, sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des populations vulnérables.

Le projet Where The Rain Falls en Thaïlande se poursuit par un travail sur les possibilités d'amélioration de la résilience des communautés aux impacts du changement climatique.

Le stress lié à l'impact du changement climatique, en particulier le stress hydrique, devient aujourd'hui l'un des plus grands défis soulevés par les représentants des communautés dont le revenu familial et les moyens de subsistance dépendent de la production agricole. En effet, des groupes de discussion se sont réunis afin d'analyser les causes de l'insécurité alimentaire et des difficultés liées aux moyens de subsistance. Le but est d'identifier les activités d'adaptation à base communautaire les plus appropriées pour répondre à cette situation. Les résultats montrent que les communautés des hauts plateaux souffrent de difficultés de gestion de l'eau en raison de sécheresses et inondations, ce qui favorise l'insécurité alimentaire.

Il s'agit d'impliquer avant tout les populations et les autorités locales, la société civile et les agences gouvernementales pour améliorer cette gestion de l'eau. Le projet permettra de répondre aux besoins à court terme du groupe d'impact : pénurie et difficultés d'accès à l'eau, et aux besoins à long terme en termes d'efficacité et de résilience des systèmes communautaires de gestion de l'eau.

Le projet mettra aussi l'accent sur l'égalité de genre et l'empowerment des femmes. En effet, alors que les femmes travaillent beaucoup pour faire vivre le ménage et leur ferme et dépendent et utilisent largement les ressources naturelles, la plupart des membres des comités locaux de gestion des ressources sont des hommes.

Objectifs

Objectif général : organiser la mise au point par les agriculteurs ayant de petites exploitations, hommes et femmes, dans les régions des hauts plateaux du nord de la Thaïlande, de systèmes efficaces de gestion de l'eau qui augmentent leur capacité d'adaptation face au stress hydrique et aux impacts du changement climatique qui affecte leurs moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

Objectifs spécifiques :

  • Améliorer d'ici 2014 la disponibilité et/ou l'accès à l'eau à des fins agricoles, y compris pour les rizières et les zones agricoles intégrées par la mise en œuvre d'initiatives de gestion des eaux par les agriculteurs ayant des petites exploitations, hommes et femmes, de sept communautés des hauts plateaux.
  • Augmenter d'ici 2014 la capacité d'adaptation des petits exploitants agricoles face au stress hydrique (i.e. manque d'eau ou inondations) grâce au soutien de la part des autorités locales du sous-district et d'autres organismes chargés de la gestion de l'eau au niveau local dont bénéficient les représentants hommes et femmes de sept communautés.
  • Permettre d'ici 2014, aux représentants hommes et femmes de sept communautés des hauts plateaux de participer à des réseaux nationaux de plaidoyer en faveur de la participation communautaire dans les processus gouvernementaux de gestion des ressources naturelles, des risques de catastrophe et d'adaptation au changement climatique.
  • Faire en sorte que les enseignements et les bonnes pratiques établis par le projet soient adoptés, d'ici 2014, par les petits agriculteurs, hommes et femmes, dans sept communautés des hauts plateaux et soient partagés avec d'autres collectivités de la région ainsi qu'avec les acteurs locaux et nationaux pour une plus grande mobilisation.

Activités

Résultat 1 : permettre la mise en œuvre par de petits exploitants agricoles, hommes et femmes de sept groupes de travail opérationnels sur la gestion des eaux (intégrés aux comités de gestion des ressources naturelles des villages) et sept projets d'initiative locale liés à la gestion de l'eau.

  • mettre en place des groupes de travail mensuels sur la gestion de l'eau
  • former les groupes de travail à l'adaptation au changement climatique et à la gestion de l'eau
  • former les groupes de travail aux questions liées au genre et au leadership
  • appuyer les initiatives communautaires de gestion de l'eau, y compris M&E
  • estimer, enquêter et de cartographier des ressources en eau

Résultat 2 : donner un rôle aux représentants des collectivités locales dans la planification et la prise de décisions lors des réunions sur la gestion des ressources en eau.

  • former les communautés locales à la prise de décision et à la planification de réunions sur la gestion de l'eau
  • former à l'élaboration de projets de mobilisation et de gestion des ressources naturelles
  • organiser un forum communautaire pour élaborer la planification de la gestion de l'eau 

Résultat 3 : permettre aux représentants des collectivités locales d'influencer les autorités locales, les organismes gouvernementaux et les comités nationaux pour le changement de politique (conférences annuelles et campagnes de sensibilisation).

  • accompagner les groupes de travail sur la gestion de l'eau dans la désignation de leurs représentants aux comités de gestion des ressources naturelles local, régional et national

Résultat 4 : capitaliser et partager, en termes d'adaptation au changement climatique et de gestion de l'eau communautaire, les bonnes pratiques et les enseignements appris. Informer les acteurs et le grand public des enjeux de la participation communautaire dans la gestion des ressources naturelles.

  • organiser un séminaire régional et national sur la participation communautaire et l'adaptation au changement climatique et à la gestion de l'eau
  • créer des documents de capitalisation d'expériences

* La plupart des petits exploitants vulnérables, hommes et femmes, de sept communautés dans la région de Chiang Mai seront ciblés mais le nombre de bénéficiaires indirects correspondra à la population des sept villages (2423 personnes)

Ce projet fait partie du programme WHERE THE RAIN FALLS

CARE et l'Université des Nations Unies ont lancé, en 2011, une étude qui analyse les interactions entre variabilité des précipitations, sécurité alimentaire et déplacements de populations dans huit pays : d'Asie (Bangladesh, Inde, Thaïlande, Vietnam), d'Afrique (Ghana, Tanzanie) et d'Amérique Latine (Guatemala, Pérou).

Suite aux conclusions de cette étude, CARE développe des actions d'adaptation au changement climatique. Elles impliquent la participation des communautés au Bangladesh, Inde, Pérou, Tanzanie et Thaïlande.

Découvrir notre projet au Bangladesh : Programme d'Adaptation à Base Communautaire

Découvrir notre action en Inde: Améliorer l'accès à l'eau

Découvrir notre projet au Pérou : Promouvoir la culture des céréales traditionnelles

Découvrir notre action en Tanzanie : Renforcer la résilience des femmes face au changement climatique.