Santé materno-infantile : une priorité du XXIème siècle

Valenda Campbell

Contexte

Dans le monde, il existe de graves disparités en termes de santé et de survie. La santé sexuelle et reproductive ne fait pas exception. 99 % des 287 000 femmes qui meurent chaque année pendant la grossesse et l'accouchement viennent de pays en développement. Cela signifie que le risque de décès lors la grossesse ou l'accouchement est 15 fois plus élevé dans les pays en développement.

La moitié de ces décès ont lieu en Afrique Sub-saharienne et un tiers en Asie du Sud.

Chaque année, plus d'un million d'enfants perdent leur mère du fait de complications liées à la maternité. Ces enfants courent dix fois plus de risques de mourir prématurément. Or, la grande majorité des décès maternels sont tout à fait évitables.

« Nous savons comment prévenir les décès maternels : il faut améliorer l'accès à la planification familiale, former du personnel de santé et assurer l'accès aux soins obstétricaux d'urgence quand des complications se présentent », explique Philippe Lévêque, Directeur général de CARE France.

Une grossesse sans danger est un droit humain fondamental

CARE s'engage à soutenir la santé maternelle et infantile en lien avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) pour rendre la grossesse et l'accouchement plus sûr pour des millions de femmes dans le monde.

Au nombre de huit, les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) forment un plan approuvé par 189 Etats et par toutes les grandes institutions mondiales de développement, pour améliorer concrètement les conditions de vie des plus vulnérables avant 2015.

Le quatrième Objectif du Millénaire pour le Développement vise à réduire la mortalité infantile tandis que le cinquième vise à réduire la mortalité maternelle.

Il est primordial que les femmes aient un meilleur accès aux services de santé maternelle de qualité. C'est pourquoi CARE participe activement à la réalisation des OMD et s'engage en travaillant avec les femmes elles-mêmes, les leaders communautaires et les opérateurs de santé.

CARE insiste également sur la nécessité de prendre davantage en compte ces problématiques en situation d'urgence étant donné que les catastrophes naturelles et les conflits menacent les avancées réalisées dans ce domaine. En effet, les crises tendent à aggraver le phénomène : la plupart des pays les moins bien classés en matière de santé maternelle et infantile ont connu un conflit armé ou accueilli un nombre important de réfugiés.

Sur le terrain, CARE forme du personnel sanitaire, approvisionne les centres médicaux, forme les futures mères à une alimentation saine pour elles et leurs enfants, et encourage les pères à s'impliquer davantage dans la grossesse et les soins aux nourrissons.

Parce que la santé maternelle est un droit humain fondamental.

Pour en savoir plus sur l'activité de CARE pour la santé maternelle, cliquez ici.

Pour approfondir notre engagement sur les objectifs post-2015, cliquez ici.