Les principes directeurs pour un dialogue constructif avec les parties prenantes

53 organisations (entreprises, ONG, associations, agences), dont CARE France, ont déjà signé ce texte élaboré à l'initiative du Comité 21, premier réseau français des acteurs du développement durable. Retrouvez ici les 7 principes directeurs.

Ces principes, ainsi que le guide méthodologique qui les accompagne, ont été co-construits par près de 80 organisations à l'initiative du Comité 21. Ils encouragent les échanges entre les acteurs et les amènent à penser ensemble à des solutions efficaces et durables prenant en compte les enjeux de toutes les parties prenantes.

CARE est convaincue que la réduction des injustices liées à la pauvreté passe par l'implication de tous les acteurs et l'élaboration d'actions communes. Pour y parvenir, il est indispensable d'engager un dialogue efficace avec ses parties prenantes. Celui-ci est à la base d'une stratégie de responsabilité sociale structurée (retrouvez ici l'interview de Philippe Lévêque).

Le texte proposé apporte un cadre aux organisations pour le développement d'un dialogue constructif et transparent, en interne comme en externe, et au niveau local aussi bien que national ou international.

Les 7 principes clés élaborés à l'initiative du Comité 21 pour un dialogue constructif avec les parties prenantes :

  1. Se donner les moyens de changer :
    il est fondamental de se préparer à prendre en considération les résultats du dialogue dans ses prises de décisions, et à accepter de pouvoir changer sa stratégie ou ses projets initiaux en tenant compte des attentes évolutives des parties prenantes.
  2. Prendre en compte les intérêts divers voire divergents :
    le dialogue avec les parties prenantes doit favoriser une meilleure compréhension des points de vue.
  3. S'engager à choisir des parties prenantes et des enjeux pertinents :
    identifier les parties prenantes pertinentes, externes et internes, qui seront conviées au processus de dialogue.
  4. Impliquer toutes les parties prenantes en désignant un facilitateur interne ou externe :
    le facilitateur assure le suivi du processus de dialogue dans le temps, l'identification et la formation des parties prenantes, la réduction des asymétries d'information entre parties prenantes, l'accessibilité des informations, l'expression de tous les participants et l'évaluation de la démarche.
  5. Respecter les valeurs du dialogue :
    certains comportements éthiques et qualités humaines sont essentiels pour dialoguer et favoriser l'innovation collective comme l'écoute, le respect mutuel, la bienveillance, l'équité, l'intégrité, la sincérité de l'engagement, l'humilité, mais aussi le pragmatisme et la créativité.
  6. Ancrer la démarche dans le temps et la durée :
    le dialogue doit nécessairement se penser sur le long terme afin de tisser des liens durables entre les acteurs impliqués.
  7. Rendre compte des résultats de la démarche à l'ensemble des acteurs :
    informer dans la durée les participants sur les modalités du dialogue, le choix des enjeux traités et les résultats de la démarche, de manière argumentée, en expliquant pourquoi le point de vue des parties prenantes a été pris en compte ou non dans la décision.

Extraits des 7 principes directeurs.

En savoir plus

Retrouvez sur le site du Comité 21 le texte complet et le guide méthodologique