Filière textile : de la logique d’audit à la logique d’impact

Au Bangladesh, le secteur du prêt-à-porter emploie 2 millions de personnes, dont 85% à 90% sont des femmes. Ce secteur est stratégique pour le gouvernement bangladeshi : à lui seul, il représente 9% du PIB.

Ce n’est un secret pour personne : le bilan social des usines de confection du pays est alarmant. En mars dernier, les problèmes de conformité et de sécurité au travail au Bangladesh ont fait la une des journaux et ce n’était pas la première fois : en 20 ans, près de 240 travailleurs ont perdu la vie dans des incendies d’usine. En juillet 2010, le salaire minimum (le plus bas en Asie) fut révisé par le gouvernent après 4 années de gel.
Dans ce contexte très dégradé, les bureaux d’achat, sous-traitants et travailleurs sont chargés de produire au plus bas coût.

Pour résoudre ces questions complexes, nous pensons que les entreprises peuvent et doivent faire partie de la solution. Dans ce pays, CARE a donc développé une réponse pragmatique en  travaillant au cœur des usines de confection, en partenariat avec des entreprises comme Timberland, Walmart ou le groupe textile allemand KiK afin d’améliorer les conditions de vie des travailleuses et leurs familles.

En fonction des besoins de l’entreprise, chaque programme comporte différents modules de renforcement des compétences des salariés : alphabétisation, santé/nutrition, sensibilisation au droit des femmes/du travail, ou encore leadership. Cette approche pas à pas permet d’améliorer les conditions de travail et d’offrir un avenir à ces travailleuses vulnérables et leurs familles, en leur donnant de vraies perspectives de formation et d’évolution dans l’entreprise. L’entreprise améliore sa productivité, sa rétention de personnel qualifié, et contribue à l’amélioration des conditions de vie dans et autour des usines.

Une façon pragmatique de sortir par le haut de l’impasse des audits sociaux, qui s’ils restent nécessaires ne permettent guère d’aller au-delà du constat, aussi insupportable soit-il.

Pour voir comment votre entreprise peut elle aussi s’impliquer au Bangladesh et dans d’autres pays contacter Julien Grouillet : grouillet@carefrance.org