Les impacts du changement climatique sur notre environnement sont multiples et se traduisent notamment par l’accroissement de phénomènes extrêmes (ouragans, pluies torrentielles, sécheresses..), mais aussi par la fonte des glaciers et des calottes glaciaires.

L'impact sur les populations du Sud est considérable.

CARE vient de publier un rapport montrant les effets du changement climatique sur les migrations et les déplacements de population :

http://www.carefrance.org/?page=presse&id=20747

Les impacts sociaux et économiques sont alarmants 

: les populations du sud se déplacent, migrent, car leur environnement n’est plus viable. La pauvreté, loin de diminuer touche de plus en plus de populations et la pénurie en eau potable accroit le risque de conflits inter frontaliers... Si aucune mesure n’est prise rapidement, au Nord comme au Sud, pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, ces phénomènes extrêmes vont s’amplifier et les conséquences sur l’homme et son environnement seront dramatiques.

Les populations des pays du sud sont les plus touchées par ces dérèglements climatiques.  Les terres et les cultures sont en souffrance, que ce soit du fait de l’augmentation des inondations ou des sécheresses. La crise alimentaire de la fin 2008 en est une des conséquences.

L’enjeu humanitaire est de taille et les ONG lancent un cri d’alerte

. C’est un enjeu de solidarité internationale, mais aussi de responsabilité vis-à-vis des générations futures.

S’il est dorénavant établi que les changements auxquels nous faisons face sont irréversibles pour beaucoup d’entre eux, de nombreuses actions sont possibles pour en atténuer les effets dévastateurs.

CARE déploie depuis plusieurs années des programmes qui intègrent les enjeux du changement climatique

. Des projets d’atténuation et d’adaptation sont élaborés et permettent aux populations les plus vulnérables de lutter efficacement contre les impacts du changement climatique et de faire face aux catastrophes « naturelles » qui les touchent régulièrement.

Par exemple, CARE a mis en place un projet au Salvador, dans la province de Usulatan au sud est du pays. Cette région subit régulièrement des inondations dues aux crues du Rio Grande. Ces inondations, de plus en plus violentes, affectent les populations vivant sur les rives du fleuve. Dans le cadre de ce projet, la Fondation Abbé Pierre a signé une convention de partenariat avec CARE pour financer la reconstruction et/ou la réhabilitation de refuges d’urgence et les équiper en kits d’urgence.

Le projet va plus loin en mettant en place des systèmes d’alerte précoce aux inondations. Des plans d’urgence et d’évacuation des zones sinistrées sont élaborés. La population sera ensuite sensibilisée et formée aux mesures à prendre en cas de catastrophes naturelles. Les berges du Rio Grande seront aménagées et des canaux de drainage des eaux seront creusés afin de contrôler les crues et d’éviter les inondations diluviennes.

Un autre exemple est celui développé à Madagascar. La région aride du grand sud a subi une sécheresse particulièrement sévère menaçant la sécurité alimentaire des populations. La fondation Orange a répondu à l’appel de CARE et a financé l’approvisionnement en denrées alimentaires des communautés locales. Un programme spécifique « Vivres contre Travail » a été développé et a permis aux villageois de recevoir des aliments en échange de travaux de réhabilitation d’infrastructure.

Ces programmes illustrent parfaitement la prise en compte des enjeux du dérèglement climatique dans l’aide au développement des pays du Sud. Il est essentiel de poursuivre et renforcer les actions en ce sens.