En octobre 2008 nous lancions un mini sondage pour prendre à chaud, le pouls des acteurs du développement durable à propos l’impact ressenti de la crise financière sur leur pratique. Les résultats montraient à la fois une bonne résistance psychologique des acteurs du DD qui voient potentiellement dans la crise financière un choc salutaire pour une meilleure gestion,  davantage conforme aux principes du développement durable. Les résultats montraient aussi deux points plus préoccupants : d’une part la fragilité des budgets RSE comparés à ceux du mécénat par exemple, et d’autre part la sensibilité des projets à dominante sociale et pays du Sud, particulièrement menacés par les restrictions budgétaires.

Quatre mois plus tard, nos observations semblent aller dans le sens des données que nous avions recueillies au début de la phase aigue de la crise financière. Les politiques de mécénat ne sont que marginalement affectées. Les budgets RSE en revanche ont subi de plein fouet l’impact de la crise, et dans la plupart des entreprises, les projets sont gelés (dans le meilleur des cas) en attendant d’avoir davantage de visibilité. Si la RSE, n’est plus, comme à ses début, soluble dans la crise (aussi brutale soit-elle la crise ne remet pas en cause l’existence des départements DD), en revanche, elle n’est que rarement vu comme un investissement suffisamment stratégique pour trancher en sa faveur lorsque le temps douloureux des arbitrages est venu.

Contact : Julien Grouillet,

grouillet@carefrance.org | 01.53.19.89.85